« Eco-students » : les étudiants prennent la parole

L’association étudiante Ecostudent nous présente son projet … Les choses bougent dans les écoles.

« Le réchauffement climatique, le manque de ressources naturelles : voila des problèmes auxquels notre génération va être douloureusement confrontée. Hélas, nous constatons aujourd’hui dans le monde étudiant un manque criant d’information et de prise de conscience tant au niveau de l’enseignement que du milieu associatif.

Pourtant, parmi cette masse insouciante d’étudiants plus préoccupés par les prochains partiels, le stage ou encore la soirée du jeudi soir que par l’écologie, quelques actions et associations se forment pour renverser la tendance : Bilan Carbone, gestes éco-responsables, sensibilisation…
Mais ces différents mouvements sont beaucoup trop lents et manquent d’ambition, de coordination et de pérennisation. Bref, cette mécanique n’est encore pas très bien huilée.

Malheureusement, nous manquons cruellement de temps, et le rythme à adopter dés maintenant serait plus celui d’une Ferrari que d’une 2 chevaux (excusez cette comparaison peu écologique, nous venons d’une école de mécanique !).

Eco StudentsEn effet, il sera peut-être possible un jour de subvenir aux besoins de tout le monde en polluant un minimum, mais ce monde quelque peu utopique n’est pas pour demain, et les dures lois de la physique et des mathématiques nous obligent à tenir des objectifs très serrés : d’après le GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’évolution climatique), nous devons diviser nos émissions de gaz à effet de serre par 4 d’ici à 2050 si nous voulons éviter les catastrophes climatiques des plus dramatiques.

Aujourd’hui, environ 80% de notre consommation énergétique provient de combustibles fossiles (le reste étant de la biomasse, du nucléaire et de l’hydroélectricité – les énergies éoliennes, solaires, et géothermiques représentant moins de 1%).  Donc autant dire que si le développement durable est omniprésent dans les slogans publicitaires et les soi-disantes volontés d’un bon nombre d’entreprises, il est totalement absent de nos réglementations et de nos habitudes.

En bref, par la création de notre association, nous comptons booster un mouvement écolo au sein du monde étudiant en commençant par notre chère école : Supméca Paris.

Notre action se base sur 2 axes :
• la réalisation de projets concrets comme l’installation d’un traqueur solaire, un système de récupération d’eau de pluie, ou encore le calcul du Bilan Carbone de notre école (nous sommes avant tout des ingénieurs).
• Une sensibilisation et une information honnête et claire sur les enjeux liés aux problèmes de changement climatique et de consommation énergétique. Le but étant de changer les comportements d’un maximum de gens dans notre école mais aussi à Saint Ouen par des opérations de sensibilisation, des jeux ludiques et informatifs avec des jeunes, etc.
Notre association a été fondée en avril 2009 par un noyau dur de 3 personnes et comprend aujourd’hui 14 membres afin de mener a terme nos différents projets.

Nous vous invitons dès aujourd’hui à consulter notre site web www.ecostudent.fr afin de découvrir notre toute jeune association.

Durablement vôtre.
L’équipe Ecostudent. »

Pour information, l’équipe vient également de suivre une formation sur le « Bilan Carbone Campus », et a déjà les devis de l’installation d’un traqueur solaire. Les étudiants espèrent également pouvoir mettre en place un système de récupération d’eau de pluie à la rentrée.

Ecostudent fait désormais partie du REFEDD (Réseau étudiant pour le développement durable).

Logo Eco-Students

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Tout juste diplômée en lettres et communication, Alexandrine fait ses débuts de journaliste au sein de la rédaction de NEOPLANETE. Elle s'occupe aujourd'hui principalement du contenu du site internet.