Quand l’eau devient lumière

Claude François se retournerait dans sa tombe s’il apprenait que l’on vante aujourd’hui les mérités de l’eau pour produire de l’électricité dans les bidonvilles en Asie du Sud-Est. Explications.

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2013/03/Que-la-lumiere-soit-124122107.mp3|titles=Que-la-lumiere-soit]

« A Liter of light », un litre de Lumière. C’est le nom du projet lancé aux Philippines pour venir en aide aux bidonvilles en  fournissant de la lumière, à partir de bouteilles d’eau en plastique, aux abris de fortune souvent étriqués et peu exposés à la lumière naturelle. Plastic Mag, le magazine en ligne des plastiques revient sur l’utilisation de cette matière décriée qui peut pourtant être exploitée de façon économe et intelligente.

Sérendipitértbf.be

En 2002, un mécanicien brésilien, Alfredo Moser, agacé d’être plongé dans le noir dans son atelier à n’importe quelle heure de la journée à cause des coupures électriques.  Il a  d’abord rempli d’eau une vieille bouteille avec un peu de chlore pour éviter la formation de bactéries puis il a découpé un trou dans son toit en tôle et y a fixé la bouteille. Son idée était d’utiliser la réfraction de l’eau pour  capter la lumière du jour. Avec ce système, la bouteille vissée sur le toit rediffuse une lumière de plus de 50 watts. Ce qui permet d’éclairer une pièce  toute la journée sans électricité. On ne peut pas faire plus économique puisqu’un litre d’eau et une bouteille de plastique peuvent durer environ 5 ans.

Un succès internationalblog.espritcabane.com

Petit à petit, des bouteilles d’eau ont fleurit sur tous les toits du quartier d’Alfredo, au Brésil. Le concept a ensuite essaimé en Inde, au Vietnam, au Mexique, en Colombie. Aux Philippines, la fondation MyShelter a déjà installé plus de 25 000 bouteilles dans les bidonvilles de Manille et 100 000 à Cebu, la deuxième ville du pays. L’idée est d’autant plus lumineuse qu’un milliard et demi de personnes doivent s’éclairer grâce au kérosène, au bois ou au charbon de bois, ce qui crée déforestation, incendies et intoxication aux fumées. Gageons que l’éco-bouteille solaire continue d’éclairer le quotidien des plus démunis tout en protégeant la planète.

Cette chronique « Bonne Nouvelle » a été diffusée le mercredi 20 mars 2013 sur Europe 1. Retrouvez chaque jour sur Néoplanète les chroniques « Bonne Nouvelle » et « Environnement » de Yolaine de la Bigne, eanrichies de photos, de vidéos et de liens internet. 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.