Du yaourt et de la peinture en libre-service

On connaissait déjà les céréales en vrac, les bonbons à acheter au poids ou même les lunettes de lecture mises à disposition dans des lieux publics, mais ces derniers mois, de nouvelles initiatives ont fleuri en libre-service. Désormais, il faudra composer avec la peinture et les yaourts en distributeurs.

Le libre-service c’est mois d’emballage, mais c’est aussi la possibilité de choisir la quantité dont on a vraiment besoin. Une petite retouche de peinture à faire sur un meuble égratigné ? Plus besoin d’acheter un pot de 500 ml.

Depuis le mois de septembre, une installation pilote a vu le jour dans le magasin Kbane en périphérie lilloise. L’enseigne dédiée à l’habitat durable et la marque de peinture Ripolin ont mis sur pied la première machine distributrice de peinture. Elle met ainsi fin au gâchis. En effet, sur place, on peut acheter la juste dose, de 100 ml à plusieurs litres, avec un emballage qui utilise 70% de matière en moins qu’un contenant habituel. Une installation qui a tend à se multiplier et pourquoi pas à investir tous les magasins Kbane dans quelques temps.  Quant à la peinture, elle est plus verte que les autres, à l’eau, à base de 98% de matières d’origine naturelle et sans solvant ni composant toxique. Une formule qui a tout bon.  

Dans la même veine mais du côté comestible, la Yaourterie a pris ses quartiers dans certains magasins Biocoop. Développée par Triballat-Noyal, cette machine est, elle aussi, en phase de test. Elle distribue deux produits : un yaourt brassé nature de la marque Tante Hélène et une spécialité au soja nature de Sojade. Côté hygiène, on nous garantit que les stocks sont renouvelés tous les trois jours. Là encore, ce distributeur en vrac permet à la fois de diminuer notre emprunte carbone en réduisant nos déchets et nos emballages.

Il y a peut être là une idée à creuser par les grandes marques…

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Après des études de journalisme à Paris et Dublin, Julie s'est lancée comme correspondante pour des sites d'informations québécois, couvrant l'actualité française. En 2013, elle revient sur les bancs de Néoplanète, qu'elle avait déjà arpentés quelques années plus tôt. En parallèle, elle cultive son blog, consacré au voyage.