Découvrez Florie Salnot, lauréate du concours Coca-Cola du design

La lauréate du concours Coca-Cola du design durable 2010, organisé en partenariat avec NEOPLANETE, Florie Salnot, travaille depuis deux ans sur une technique pleine de promesses. Grâce au recyclage des bouteilles plastique et à l’utilisation du sable chaud, Florie s’attache à  mettre en lumière des techniques simples, à vocation humaine et sociale, via la conception de bijoux, de sacs et de tapis.

Trouver un matériau, puis une technique pour l’utiliser tout en s’adaptant à l’environnement local : une équation difficile à laquelle Florie Salnot a voulu répondre quand elle a intègré, en 2008, le Royal College of Art, prestigieuse école anglaise de design. Un an plus tard, elle part dans le Sahara algérien pour son projet « Plastic Gold » avec l’idée d’exploiter l’un des rares matériaux disponibles sur place : les bouteilles usagées.

Elle utilise leur plastique et le moule grâce à la pression de la chaleur du sable. La technique est simple et le résultat étonnant : des accessoires de mode tissés avec des fines lamelles de plastique. De ce procédé, la « plastic bottle technique », elle tire le Plastic Bag, une forme de sac assez complexe, avec des adolescents anglais et puis le Plastic Cushion, un tapis de sol souple et moelleux, élaboré dans le cadre d’une coopération avec l’UNICEF.

« Designer avec la conscience d’autrui »

Parallèlement, Florie met en place des ateliers pour apprendre sa technique aux populations et leur permettre de créer des objets à vendre ou à vivre afin « d’améliorer à son échelle, les conditions de vie des Sahraouis ».

Côté inspiration, la jeune artiste se passionne pour « certains designers utilisant des matériaux insolites dans leurs créations ». Elle travaille durant l’été 2008 avec Julia Lohmann, qui « fabrique de magnifiques lampes à partir d’estomacs de vache ». Elle s’intéresse aussi au banc fait à partir de feuilles d’arbre, conçu par Jurgen Bey ou aux bijoux de sucre réalisés par Greetje Van Helmond.

Ses projets ? Produire suffisamment de bijoux pour les commercialiser et travailler sur le thème de la femme enceinte au Helen Hamlyn Center du Royal College of Art. Et continuer son engagement pour « un design vraiment centré sur les personnes ».

Ca sent bon le sable chaud

Florie Salnot nous explique sa technique :

Le plastic Gold : « La bouteille de plastique peinte est découpée en une très fine bande, qui est ensuite disposée autour de clous enfoncés dans une planche perforée et formant un motif préalablement dessiné.
Du sable chaud est versé sur le tout : la bande de plastique, en réaction à la chaleur, se rétracte alors sur le dessin formé par les clous et va ainsi pouvoir garder la forme voulue. La finalisation du bijou nécessite ensuite une étape d’assemblage ».

De la peinture, du découpage, un dessin sur une planche à clous, une cuisson au sable chaud et un peu de fil à coudre : en 4 heures de travail, Florie réalise le Plastic Gold.

Le plastic bag : « On part d’un carré de tissage 2D pour arriver à une forme 3D grâce à la technique du sable. Les participants commencent par tisser un rectangle ou un carré, ils le plient ensuite selon la forme voulue et le cuisent au sable pour lui donner sa forme finale.
Le choix des couleurs et des détails du sac est laissé libre à chacun. Le sac garde naturellement sa forme ronde sans besoin d’armatures ou de mécanismes, la cuisson au sable chaud l’ayant figé ainsi. Le matériau possède une propriété élastique. Ainsi, après avoir été ouvert, le sac reprend tout de suite sa forme initiale »
.

Le Plastic Cushion : « Le plastic cushion, d’une épaisseur de 35 mm, est constitué de deux tissages simples, liés entre eux par une multitude de bandes plastiques verticales. Le tout forme un ensemble rigide, assez ferme pour s’y asseoir et qui se déforme légèrement sous le poids, offrant ainsi une assise souple et moelleuse ».

Plastic cushion possède les mêmes qualités que le tapis de sol couramment utilisé par Unicef (étanche, léger et facile à transporter) en plus confortable. Il pourra être fabriqué artisanalement à bon marché puisqu’il nécessite des bouteilles de plastique, des outils très simples et du sable chaud. Ce projet est encore en cours de développement avec l’UNICEF.

Plus d’infos:
sur le concours Coca-Cola du design durable:
Le Concours Coca-Cola du design durable
sur Florie et ses projets: floriesalnot.blogspot/com
floriesalnot.com/
http://sandblast-arts.blogspot.com/2009/09/feature-1-florie-salnot.html: C’est grâce à l’aide et au  financement de cette association caritative anglaise qui travaille à la promotion de la culture Sahraouie, que ce projet a pu avoir lieu.

Cet aricle est paru dans le magazine Néoplanète n°17.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone