D’où vient votre muguet?

Symbole de chance pour certains, de travail pour d’autres, le traditionnel brin de muguet du 1er mai fait partie intégrante de nos traditions. Plus de 60 millions de brins de muguet seront offerts un peu partout en France. Mais d’où viennent-ils et comment sont-ils cultivés ?

Muguet sauvage / DR
Muguet sauvage / DR

Chaque année, le muguet se vend par millions ! En dépense cela représente :

  • jusqu’à 32 millions d’euros, dont les trois quarts uniquement pour le 1er mai.
  • Le muguet en pot c’est environ 16 millions d’euros
  • celui en brins à peu près 10 millions.

Mais ces chiffres sont beaucoup plus élevés si l’on compte les dépenses effectuées sur la voie publique auprès des particuliers. Car c’est là toute la spécificité de cette journée : tous les Français peuvent vendre du muguet le 1er mai ! A condition de respecter certaines règles :
– se tenir à plus de 40m d’un fleuriste professionnel ou d’un commerce,
ne vendre que du muguet sauvage, c’est à dire cueilli dans les bois,
– être en conformité avec la règlementation locale, fixés généralement par les communes pour encadrer la vente. Exemples : à Paris, la vente n’est autorisée que si le brin de muguet est vendu sans ajout de fleurs ou de mise en pot. A Dijon, les brins doivent être vendus à plus de 100m des vendeurs professionnels.

Attention à la provenance !

Culture du muguet / DR
Culture du muguet / DR

Et c’est là que ça coince ! Les fleuristes et autres pépiniéristes considèrent cette concurrence éphémère comme déloyale. Eux, qui sont dans le métier doivent contacter les producteurs, dont la majeure partie se situe dans la région de Nantes et la vallée de la Loire. Un travail de longue haleine qui nécessite de l’organisation. L’un des reproches que ces professionnels font aux particuliers c’est de ne pas respecter la loi, notamment sur la provenance des brins, pas toujours sauvages… Par exemple, des commerçants nous ont raconté avoir vu d’autres fleuristes, des personnes de leur profession, vendre à la volée des milliers de muguets à Rungis, et ce à des vendeurs à la sauvette, qui les achètent en gros. On est loin de la forêt…

Ajoutons à cela l’éternelle querelle sur le non-respect de la distance entre les points de vente des particuliers et les magasins et on obtient un 1er mai sous haute-tension !

Mais qu’est ce qu’il y a dans mon bouquet ?

-La récolte des clochettes se fait souvent par des saisonniers qui travaillent 5 à 7 heures par jour

Les fameuses griffes de muguet / DR
Les fameuses griffes de muguet / DR

-Les consignes varient mais souvent il faut ramasser les brins qui ont minimum 4 clochettes ouvertes et faire des bouquets de 30 brins.

-La récolte peut durer une semaine pour cueillir jusqu’à plusieurs millions de griffes selon les exploitations. Le temps est compté car une fois que la Convallaria majalis commence à fleurir, elle ne s’arrête plus !

-Après la cueillette, c’est le conditionnement. Dans les grandes exploitations le muguet est déposé brin par brin sur tapis roulant et une machine chargée de les calibrer. Ils sont stockés dans des chambres froides, les pieds dans l’eau !

-Le muguet voyagera toujours les pieds mouillés ! C’est une véritable course contre la montre pour les plants ne soit pas abîmés. Le brin retrouve ensuite assortie de ses feuilles, cueillies séparément, qu’on lui rajoute au dernier moment de la mise en bouquet. Et le voilà prêt à partir !

Une astuce de fleuriste pour conserver vos muguets en bouquet, renouveler l’eau tout les deux jours, couper les tiges au cutter et surtout mettre quelques goûtes de vinaigre dans l’eau.

Muguet sauvage / DR
Muguet sauvage / DR
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Paul Brinio

Né dans le sac à dos de ses parents, cet aspirant journaliste tombe rapidement amoureux de la radio. Après avoir traîné sa barbe et ses cheveux à RFI Bruxelles et dans des rédactions locales, il termine sa formation de journaliste, rejoint l'équipe de Néoplanète en 2015 et continu ses études de géopolitique dans un souci de conquête mondiale.