Le havre de paix de Christian Dior

L’hiver n’est pas encore là. Il est encore temps d’en profiter pour partir en escapade un weekend ! Granville, en Normandie, pourrait être un bon compromis pour les amateurs de grand air et les adeptes du cocooning… Grands espaces, pêche et détente en thalassothérapie. Après les îles de Chausey, nous vous proposons de découvrir la ville de Christian Dior plus en détails. 

Et pour cette dernière série de photos, voici quelques infos pratiques ! Vous pouvez vous rendre à Granville en voiture mais aussi en train : la gare de Granville est desservie par plusieurs intercités et TER. En moyenne, il faut compter quatre heures de trajet pour ces deux moyens de transport, sauf qu’en voiture votre empreinte carbone sera de 87,15 kg, contre 12,76 kg pour le train !

Le centre de thalassothérapie dont nous vous avons parlé se trouve quant à lui à six minutes en voiture de la gare de Granville et à une petite demi-heure à pied.

Les traversées de Granville vers l’archipel de Chausey ont lieu tous les jours dans la matinée, avec un retour prévu en fin de journée.

Un port morutier

Granville vécu pendant plus de quatre siècles au rythme des campagnes de pêche vers les bancs de Terre-Neuve et de Saint-Pierre et Miquelon.

Une cité corsaire

Très riche en bancs d’huîtres, Granville est aussi devenue une cité corsaire, dont la légende raconte que les marins étaient les plus valeureux de leur époque.

Des sports nautiques

Les amateurs de sensations fortes peuvent aussi s’essayer à la voile et à d’autres activités liées au vent : catamaran, optimist et char à voile pendant les marées basses !

La maison de Christian Dior

De style Belle Epoque, la ville « les Rhumbs » est la maison d’enfance de Christian Dior, né le 21 janvier 1905 à Granville. Elle est perchée sur une crête de falaise dominant la mer.

Le musée d'un couturier

La villa abrite l’unique musée en France consacré à un couturier. Elle expose des modèles de Haute Couture sur trois niveaux et le jardin a été aménagé à l’anglaise pas Madeleine Dior, la mère du couturier. Celui-ci est l’un des rares jardins d’artistes du début du XX ème siècle encore conservé.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Passionnée par le cinéma documentaire et l'environnement, Alexandra a choisi le journalisme par vocation. En grande optimiste et végétarienne convaincue, elle espère un avenir meilleur pour le monde. Chaque petite voix compte... la sienne aidera peut-être à améliorer les choses en donnant les informations nécessaires à la réflexion !