Les belles de Mexico

Rendre à la terre ce qu’elle nous donne, c’est le bel idéal qui anime la Fondation Yves Rocher. Comment ? En plantant des milliers d’arbres pour lutter contre la déforestation et aider certains animaux à survivre. Comme ces extraordinaires papillons monarque qui parcourent chaque année des milliers de kilomètres pour aller se réchauffer au soleil de Mexico. Reportage en images d’une chanceuse qui a eu le bonheur d’aller les admirer sur place.

 

Le papillon monarque

Le papillon monarque est le seul insecte capable de migrer deux fois par an sur plusieurs milliers de kilomètres. Ce n’est qu’en 1975, après des années de recherche, que l’on a découvert ce miracle de la nature. Un miracle en danger à cause de la déforestation mais surtout l’utilisation de pesticides aux Etats-Unis qui polluent les feuilles d’asclépiade dont ils se nourrissent en traversant le pays.

L'Abies Raligiosa

Au Mexique, les papillons monarques se posent sur un seul type d’arbres, l’Abies Raligiosa. Ce sont ces sapins que la Fondation Yves Rocher plante dans cette région spécifique avec le WWF depuis 2009. Ce sapin sacré est ainsi nommé parce que traditionnellement les mexicains utilisent ses feuilles pour fabriquer des décorations lors des fêtes religieuses notamment à Noël.

Un vol de 130 kilomètres

Ce papillon extraordinaire possède deux paires d’ailes qui vont battre jusqu’à 12 fois par seconde durant sa migration… Chaque jour de ce long périple, il volera entre 75 et 130km. Malin, il se nourrit essentiellement sur des plants d’asclépiades, qui contiennent des alcaloïdes et des cardénolides toxiques pour de nombreux animaux notamment les oiseaux. Ces réserves de poison le protégeront des prédateurs.

Les fiancés du soleil

Ceux que l’on surnomme « les fiancés du soleil » naissent aux Etats-Unis et au Canada entre Avril et Août mais dès Septembre, ils fuient les frimas pour aller se réchauffer au Mexique, soit un trajet de… 4.000km ! Après la période des amours, fin Mars, tout ce petit monde retournera au bercail en Amérique du Nord pour pondre des milliers d’œufs (400 par femelle) sur les feuilles de l’asclépiade. Pourquoi ? Comment ? Aucun scientifique n’a encore d’explications à cet incroyable phénomène. On sait que le Monarque utilise un genre de compas solaire situé dans son cerveau moyen et des horloges circadiennes localisées dans ses antennes.

Une espérance de vie de... 525 ans !

L’un des mystères des Monarques est leurs différentes durées de vie : les papillons qui partent dans le sud sont particulièrement vigoureux pour résister à l’hiver : ils vivent jusqu’à 8 mois ce qui équivaut, à l’échelle humaine, à une espérance de vie de… 525 ans ! Par contre, le voyage de retour vers le nord s’effectue avec 4 à 5 générations successives de papillons qui vont naître et mourir successivement en chemin. La durée de vie d’un Monarque varie donc d’environ deux mois l’été à plus de sept mois l’hiver.

Auprès de mon arbre...

Au Mexique, c’est devenu une attraction touristique qui attire des amateurs armés de jumelles: ces colonies de papillons se regroupent la nuit pour se protéger du froid. Ils sont si nombreux qu’ils recouvrent les branches des Abies Raligiosa de certaines forêts mexicaines. S’il fait suffisamment chaud, ils s’envolent pour batifoler dans la journée et revenir se réchauffer ensemble la nuit. De génération en générations, ils se transmettent ces informations et l’emplacement des arbres ce qui leur permet de revenir à chaque saison très précisément au même endroit.

9 600 000 arbres plantés

Pour protéger les papillons, la Réserve de biosphère du papillon Monarque a été décrétée en 2000 et déclarée Patrimoine Naturel de l’Humanité par l’UNESCO en 2008 : 56.259 ha à la frontière de l’État de Michoacán et l’État de Mexico. Mais les populations locales avaient l’habitude de gagner leur vie en coupant les pins, WWF a donc commencé dès 2005 la reforestation, et a contracté quelques partenariats dont celui avec la Fondation yves Rocher. Aujourd’hui 9 600 000 arbres ont été plantés !

50 millions d'arbres d'ici 2015

Depuis 2009, la Fondation Yves Rocher a planté 3,3 millions d’arbres. C’est à Nairobi en mars 2007, que Jacques Rocher rencontre Wangari Maathai, première femme africaine à recevoir le Prix Nobel de la paix. Il décide alors de lancer la campagne « Plantons pour la Planète« . Objectif: planter 50 millions d’arbres dans le monde d’ici 2015 de l’Inde au Sénégal en passant par le Mexique. Plus d’infos : www.yvesrocher.com.mx

1/10ème de la biodiversité mondiale

Oiseaux-mouches, faucons des forêts, coyotes, tapirs, tanagras azurés, singes, jaguars… Le Mexique est le 4ème pays au monde le plus riche en biodiversité qui abrite entre 8 et 10% des espèces animales et végétales de la planète. Le gouvernement en est conscient au point d’être le seul à avoir intégré le concept de la biosphère dans sa législation environnementale. D’où sa volonté de développer l’’éco-tourisme et de protéger cette nature qui se révèle une richesse économique non négligeable.

La reforestation crée des emplois

Ces reforestations donnent du travail à une population pauvre : 44 emplois permanents et 176 emplois temporaires. Mais aussi la fierté de protéger la nature de sa région et d’y attirer des étrangers admiratifs devant une telle richesse. C’est aussi une façon de préserver la qualité de l’air, argument capital pour les populations très traumatisées par les problèmes de pollution de Mexico. Sans oublier que « la préservation de ces forêts assure 20% de l’approvisionnement d’eau de la capitale et sa région métropolitaine où habitent 4,1 millions de personnes » précise le coordinateur du Programme du papillon Monarque de WWF Mexique, Eduardo Rendòn.

Du travail pour les femmes

Près de 200 femmes indiennes travaillent dans les 11 pépinières mexicaines de la Fondation Yves Rocher et font ainsi vivre un millier de personnes dans les communautés indigènes. Ces pépinières permettent de contrôler les semis, de les chouchouter et de les adapter au climat de la réserve pour les rendre plus résistants alors qu’en pleine nature, ils sont soumis à la concurrence avec les autres espèces, doivent trouver par eux-mêmes l’eau et la lumière dont ils ont besoin.

On y pouponne l'Abies Raligiosa

La déforestation sauvage aurait pu mettre en danger l’Abies Raligiosa, ce sapin typiquement mexicain. D’où l’importance de ces pouponnières de semis que l’on plante avec soin, que l’on chouchoute avant d’aller les planter dans les forêts où ils pourront un jour accueillir à leur tour les colonies de papillons Monarque. Rien qu’en 2014, 800 000 Abies Raligiosa ont été planté par la Fondation Yves Rocher.

Redonner vie à une économie en berne

Ces pépinières redonnent vie à une économie exsangue, « c’est le but : aider la nature et les hommes, comme l’explique Claude Fromageot, directeur de la Fondation Yves Rocher et directeur du Développement Durable du groupe (ici en vert, avec son équipe). Alors que les paysans déboisaient pour planter du maïs, il faut redonner sa valeur à l’arbre : dans une scierie, on leur apprend à traiter les déchets et couper correctement les arbres qu’il est nécessaire d’abattre pour gérer la forêt, ils récupèrent la résine (1kg par arbre chaque mois) pour fabriquer toutes sortes de produits, chewing-gums, vernis etc. On a même créé une champignonnière de pleurotes ! Ce sont des ressources supplémentaires pour les paysans. Le papillon monarque est surtout un symbole, celui de la biodiversité en danger qu’il faut protéger ».

Ecoutez l'interview de Claude Fromageot, directeur de la Fondation Yves Rocher et directeur du Développement Durable du groupe Yves Rocher

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.