Le fleuve colorado, un nouvel or noir ?

Jusqu’au 30 décembre 2016, le Pavillon de l’eau de Paris laisse libre cours à Franck Vogel. L’occasion pour le réalisateur, journaliste et photoreporter français de donner à voir son travail sur le Colorado river au travers d’un bon nombre de photographies. Des images qui ne feront que renforcer l’idée selon laquelle l’eau est en phase de devenir le nouvel or noir. Aussi prisée que rare. Néoplanète vous offre un aperçu de cette exposition à ne surtout pas manquer.

Crédit : Franck Vogel

Le fleuve colorado s’écoule sur plus de 2 300 kilomètres. Il permet d’irriguer 15 % des cultures aux Etats-Unis mais aussi de fournir l’eau nécessaire à l’élevage. Une quantité d’or bleu considérable puisque 16 000 litres d’eau sont nécessaires pour produire un simple kilo de viande de bœuf.

Crédit : Franck Vogel

Le Colorado river permet de répondre aux besoins en électricité de trois millions d’habitants.

Crédit : Franck Vogel

Selon la NASA (National Aeronautics and Space Administration), entre 2004 et 2014, le bassin du fleuve colorado aurait diminué de 75 %.

Crédit : Franck Vogel

Depuis plusieurs années, le Colorado river ne se jette plus dans le Golfe de Californie et n’atteint plus le Mexique (notamment à cause de nombreux barrages). Sauf exception en 2014. Un pulse flow avait été rendu possible grâce au projet de Jennifer Pitt, la directrice du Colorado River Program  qui avait participé à la négociation du traité Minute 319, dédié au partage de l’eau entre les Etats-Unis et le Mexique.

Crédit : Franck Vogel

Les eaux du fleuve Colorado sont sources de conflit. Et pour cause, partagées entre l’Arizona, la Californie, le Colorado, le Nevada, le Nouveau Mexique, le Wyoming et l’Utah en 1922, le calcul fut basé sur son débit moyen constaté entre 1905 et 1925 (période la plus humide depuis plusieurs siècles). Mais aussi sur le nombre d’habitants des divers Etats. Or depuis, ces données ont bien changé.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Marion Bordier

Férue de lecture, de photographie, d'écriture mais aussi de découverte de nouvelles contrées et cultures, le journalisme semble être une évidence pour Marion.