La Terre et l’Homme, je t’aime moi non plus

Dans le cadre sa campagne de sensibilisation, le collectif américain « Global population speak out«  vient de publier le livre « Overdevelopment, Overpopulation, Overshoot ». Un album photo choc qui regroupe la majeure partie des maux de notre planète à l’heure actuelle. Plus les clichés se succèdent et plus l’on comprend que ces désastres sont tous dus à l’Homme. Le livre est disponible à l’achat sur le site du collectif mais on peut aussi entièrement le visionner ici.

Cliquez vite sur les flèches pour découvrir quelques unes de ces photos qui font froid dans le dos…

Vaches et fumée

Un troupeau de bovins en train de paître alors que la forêt amazonienne brûle. Brésil. / Daniel Beltra DR

Megalopolis

Shangaï, en Chine, une méga-cité toujours en expansion qui abrite plus de 24 millions de personnes. / Mike Hedge DR

Vague de déchets

Le surfeur indonésien Dede Suriyana attrape une vague couverte de déchets dans la baie de Java en Indonésie, l’île la plus peuplée du monde. / Zak Noyle DR

Puits de pétrole

Ces pompes à pétrole sont l’un des nombreux symptômes du désastre écologique. Ici, le champ de pétrole de Kern River en Californie, USA. / Marc Gamba/Corbis

La mort d'un géant

Des rangers du unité anti-braconnage portent avec des habitants les cadavres de 4 gorilles des montagnes tués dans circonstances étranges dans le parc national de Virunga en 2012. Est du Congo, Afrique. Brent Stirton/Getty Images DR

Des cercles et des rectangles

Paysage de campagne industrialisée avec des cultures en jachères et des « grilles » d’irrigations des champs, à l’Ouest du Kansas, USA. / Google Earth/Image Landsat DR

Mine de camions

Une mine de sable bitumeux ronge la terre. Cet élément est extrait massivement pour faire du goudron. Alberta au Canada / AP DR

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Paul Brinio

Né dans le sac à dos de ses parents, cet aspirant journaliste tombe rapidement amoureux de la radio. Après avoir traîné sa barbe et ses cheveux à RFI Bruxelles et dans des rédactions locales, il termine sa formation de journaliste, rejoint l'équipe de Néoplanète en 2015 et continu ses études de géopolitique dans un souci de conquête mondiale.