15 photos d’animaux sauvages pris sur le vif

Comment se comportent les animaux sauvages quand l’homme est totalement absent ? C’est la question à laquelle a tenté de répondre Alexandra Swanson, chercheuse en écologie à l’université d’Oxford. Plus de 200 caméras à détecteurs de mouvements ont été installées dans le Parc national de Serengeti, entre le Kenya et la Tanzanie. Au total, un million de clichés ont été récoltés sur Snapshot Serengeti et identifiés grâce au crowdsourcing.  Nous avons sélectionné 15 photos, souvent loufoques, tirées de la vie quotidienne des habitants du parc.

Gazelle de Thomson, Parc national du Serengeti

Facilement reconnaissable grâce à sa large bande noire qui lui barre le flanc, la gazelle de Thomson est une petite athlète (70 cm en moyenne au garrot) forgée pour la course. Celle-ci ne s’attendait surement pas à se faire tirer le portrait.

Un troupeau de gnous bleu, Parc national du Serengeti

Un conseil si vous croisez ce type de troupeau, courez ! Ces puissants bovidés sont réputés pour être très bavards, que ce soit pour signaler les dangers aux alentours ou pour partager leur propres humeurs. Facilement irritables, ils peuvent vite devenir agressifs en cas de menace.

Lion d'Afrique, Parc national du Serengeti

Un lion peu farouche face à l’objectif. Pour connaitre son humeur, il suffit d’observer les parties blanches au dos de ses oreilles.  Lorsqu’elles sont plaquées,  il y a un risque que le félin soit de mauvais poil. A vous de voir si vous êtes prêts à lui scruter les oreilles.

Hyène tachetée, Parc national du Serengeti

Cette hyène tachetée a trouvé son dîner. Plutôt nocturne, elle se fie à sa très bonne vue pour repérer les proies potentielles ou les carcasses.

Elephant de savane d'Afrique, Parc national du Serengeti

Les éléphants de savane sont facilement reconnaissables grâce à leurs longues défenses courbées et à leur larges oreilles. Très intelligents, ils constituent l’une des rares espèces à avoir réussi le test du miroir (savoir se reconnaitre).

Groupe de guépards, Parc national du Serengeti

Une matinée bien calme pour cette petite troupe de guépards. Tandis que les femelles sont plutôt solitaires, les mâles se regroupent généralement en coalition. Ils chassent de jour, le plus souvent à l’aube ou au crépuscule.

Impala, Parc national du Serengeti

Surprise en pleine fringale nocturne, l’impala est habituellement un animal qui se repose la nuit et se nourrit lorsque le soleil fait son apparition. Très rapide pour échapper aux prédateurs, elle peut cependant se faire distancer par la gazelle.

Babouin d'Anubis, Parc national du Serengeti

Ce singe qui semble régler l’objectif de la caméra est aussi appelé babouin olive. Il doit son surnom d’Anubis en référence à son museau qui ressemble fortement à celui d’un dieu égyptien.

Guépard, Parc national du Serengeti

Un guépard curieux et manifestement intrigué par la caméra. Plutôt sociable, il ne cherche jamais à se battre car la moindre blessure pourrait l’handicaper à la chasse.

Guépard, Parc national du Serengeti

Les caméras ont dû faire face aux humeurs des habitants de la plaine de Serengeti. Ainsi, elles devaient souvent être changées à cause des insectes ou d’animaux peu conciliants.

Guépard, Parc national du Serengeti

La chercheuse Alexandra Swanson a expliqué avoir des centaines de « dernière photos » avant que l’appareil ne doit gobé, machouillé ou piétiné par les animaux.

Zèbre, Parc national du Serengeti

Ce petit zébreau, aussi curieux que timide, s’approche avec prudence. Une qualité chez ces animaux peureux de nature. Les prédateurs attaquent plus facilement les individus les plus faibles et à l’écart du groupe.

Bucorve du Sud, Parc national du Serengeti

Cette bucorve du sud, sûrement en pleine expédition terrestre pour trouver de la nourriture, a dû prendre la caméra pour une proie. Facilement reconnaissable à la couleur rouge vif qu’ils portent sur la gorge et la face, ces oiseaux préfèrent nettement déambuler à pied que voler.

Serval, Parc national du Serengeti

Le Serval descend du même ancêtre que le lion, pourtant, sa lignée est unique. Très bon chasseur, il est également facilement domesticable et connu pour ne pas aimer partager son maître.

Zèbres et gnous bleus partageant un point d'eau, Parc national du Serengeti

Scène classique de regroupement d’herbivores autour d’un point d’eau. C’est là où le travail d’Alexandra Swanson prend tout son sens : parvenir à prendre en photo des animaux sauvages dans leur vie quotidienne sans interaction avec l’homme.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Victoria Putz

Née dans la petite bourgade tranquille de Saint-Cloud, Victoria a vite aspiré aux voyages. Étudiante en journalisme et disciple de la presse écrite, elle roule sa bosse entre web magazines spirituels, culturels et généralistes. Après avoir passé deux mois à l’hebdomadaire TelQuel dans la très animée Casablanca au Maroc, elle entre à Néoplanète pour assouvir sa soif de culture environnementale.