10 dessins engagés pour la paix

Après une année mouvementée, on tente toujours de dessiner pour adoucir les mœurs. Du 4 juin au 28 août 2016, le Palais des Arts et du Festival de Dinard expose les « Dessins pour la paix » réalisés par Plantu et par les dessinateurs de son association Cartooning for Peace.

« Cette exposition « Événement » conçue tout spécialement pour le Palais des Arts et du Festival de Dinard se veut ludique et éducative, ouverte et accessible à tous nos publics. Aujourd’hui en 2016, après les sinistres événements que nous avons vécus l’an passé, nous sommes de plus en plus à la recherche d’apaisement, de sens et de contenu.

Cette exposition met en valeur 180 dessins de 58 dessinateurs issus de 29 pays, à travers plusieurs thèmes de société qui nous renvoient avec humour à nos responsabilités individuelles et collectives : la caricature, les droits de l’Homme, la liberté d’expression, la censure, le racisme, peut-on rire de tout ? les religions, les droits et l’égalité des femmes, les droits des enfants, les migrants, l’environnement, les Nobel de la paix, les événements tragiques de 2015, sans oublier à l’étage, une salle consacrée à notre Bretagne et une autre à l’oeuvre de Plantu, avec de merveilleux dessins et des sculptures originales…

Le thème fédérateur de l’exposition est « la paix » : il s’agit d’une invitation à regarder ce qui nous rassemble plutôt que ce qui nous divise. J’adresse mes vifs remerciements à tous les dessinateurs de l’exposition et en particulier à Plantu, aux collaborateurs de son association « Cartooning for Peace » qui regroupe de très nombreux dessinateurs à travers le monde dans le but de « promouvoir une meilleure compréhension et un respect mutuel entre des populations de différentes croyances ou cultures, avec le dessin de presse comme moyen d’expression. »

La scénographie est réalisée par les collaborateurs de la Ville de Dinard, avec un commissariat général mené en interne par Jacques Terrière, qui a conçu aux côtés de son ami Plantu l’ensemble du projet et rédigé les textes.

Ces dessinateurs-caricaturistes parlent avec pertinence et humour dans une langue universelle. C’est un véritable talent de réussir à en dire tant dans un simple dessin !

Bienvenue à Dinard, dans un monde de liberté, de réflexion, de tolérance, au service de la paix dans le monde. »

Martine CRAVEIA-SCHÜTZ
Maire de Dinard
Présidente de la Communauté de communes Côte d’Émeraude

Les migrants

© ARES (Cuba)

Les migrants dans nos sociétés en crise économique ne sont que très rarement présentés comme une opportunité ou une richesse qui peut profiter à celui qui migre, mais aussi au pays qui l’accueille. Il y a pourtant des histoires humaines tragiques, des destructions d’États avec notre part de responsabilités, des situations de chaos et ces misérables exodes… Il faut chercher à changer notre regard sur les migrants et les réfugiés. C’est l’objectif des dessinateurs qui se situent avant tout en « citoyens du monde ».

L'environnement

© BADO (Canada)

Comment ne pas être sensible au thème de l’environnement et du développement durable qui conditionne notre qualité de vie et, trop souvent, la survie de centaines de millions de personnes, dont un milliard vivent en dessous du seuil de pauvreté ? Comment ne pas opter pour un développement durable qui préservera au mieux notre planète que nous laisserons à notre descendance ? Les dessinateurs de presse ne baissent pas la garde et restent ironiquement critiques à l’égard des inerties ou des hypocrisies qui pourraient dénaturer les bonnes intentions affichées !
Il est grand temps d’agir, puisque la planète souffre !

Les événements tragiques de 2015

© CHAUNU (France)

La liberté d’expression est indivisible, même si il y a plusieurs façons de l’exprimer. Les dessinateurs de Charlie Hebdo l’ont payé de leur vie, en janvier 2015. Ces hommes et ces femmes ont été assassinés parce qu’ils étaient journalistes, dessinateurs de presse, techniciens ou policiers, présents sur les lieux, mais aussi clients d’un hypermarché… Le 13 novembre 2015, de très nombreuses victimes, jeunes pour la plupart, ont été atrocement massacrées à Paris, simplement parce qu’elles ne répondaient pas aux critères absurdes fixés par leurs meurtriers, qui ont choisi de semer la mort, faute de savoir aimer la vie… La paix et la liberté doivent l’emporter sur la terreur.

Le dessin de presse

© GLEZ (Burkina-Faso)

La censure existe dans un grand nombre de pays, mais rien n’échappe à l’oeil aiguisé des dessinateurs : une contradiction, une injustice, une zone d’ombre… Ils sont là, crayons et feutres à la main pour dénoncer ce qui ne va pas dans leur pays. Ils défendent les libertés, mais se font aussi des ennemis.

 

 

Droit des enfants

© KAMILLA WICHMANN (Danemark)

Ensemble, continuons ce combat, afin que les droits des enfants
soient respectés. Contribuons à l’accès de tous à une éducation de qualité et sur un même pied d’égalité. Parce que les enfants sont plus vulnérables que les adultes, parce qu’ils n’ont ni droit de vote, ni influence politique ou économique, parce que le développement sain de tous les enfants est crucial pour l’avenir de toute société.

Liberté d'expression

© KAP (Espagne)

Les Nobel de la Paix

© KICHKA (Israel)

Le prix Nobel de la paix récompense «la personnalité ou la communauté ayant le plus ou le mieux contribué au rapprochement des peuples, à la suppression ou à la réduction des armées permanentes, à la réunion et à la propagation des progrès pour la paix ». Le prix Nobel de la paix a aujourd’hui une vraie importance politique et parfois une valeur de désaveu envers des gouvernements autoritaires. Sont présentés dans l’exposition, notamment : Martin Luther King, le Dalaï Lama, Aung San Suu Kyi, Nelson Mandela, Yasser Arafat l’Union Européenne, Kofi Annan, Barack Obama. Malala Yousufzai, le quartet du dialogue national tunisien…

Le racisme

© PLANTU (France)

Un des principes fondamentaux en matière de droits de l’homme est celui de l’égalité des êtres humains (cf. article 1er de la déclaration). La lutte contre le racisme et l’intolérance est une question prioritaire dans le combat pour le respect des Droits de l’Homme. L’interdiction de toute forme de discrimination fondée sur l’origine, la nationalité, la « race », est reconnue comme une obligation dans le droit international, européen et français. Il s’agit de lutter contre les préjugés et les stéréotypes, en favorisant l’éducation et l’information.

Les religions

© RED! (France)

Considérer la différence de l’autre et la respecter est le premier pas vers une entente cordiale. Le travail des dessinateurs de presse consiste à parler des travers de chaque religion, avec humour et sans offenser les croyances de chacun. Même si l’équilibre est parfois difficile à trouver, un dessin peut déranger, mais sans être humiliant inutilement…

La censure

© ZLATKOVSKY (Russie)

La censure existe dans un grand nombre de pays, mais rien n’échappe à l’oeil aiguisé des dessinateurs : une contradiction, une injustice, une zone d’ombre… Ils sont là, crayons et feutres à la main pour dénoncer ce qui ne va pas dans leur pays. Ils défendent les libertés, mais se font aussi des ennemis.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Marion Lefevre

Etudiante en sciences politiques et désirant faire du journalisme son métier. Jusqu'ici assez peu informée en terme d'écologie, c'est au contact de quelques amis vegan et végétariens que j'ai commencé à m'intéresser aux problématiques environnementales. J'étudierai l'année prochaine au sein d'une université montréalaise, où j'espère bien pouvoir en apprendre davantage sur l'écologie sauce québécoise !