Devenez guide-composteur en une journée

Depuis un an, Jean-Jacques Fasquel, maître composteur, a lancé une formation au compostage. Au travers de conseils théoriques et pratiques, les élèves d’un  jour apprennent comment tenir un compost de qualité, qu’il soit collectif ou domestique. Avec pour but ultime de le pratiquer intelligemment et de le développer.

Pour Jean-Jacques Fasquel, le compostage doit jouer un rôle primordial à l’avenir : « assurer du lien social à l’image des lavoirs d’antan ». Pour l’heure, il y a encore des efforts à faire afin d’arriver à ce stade. Et ce n’est pas peu dire quand on connaît le manque de volonté de certains syndics pour mettre en place ne serait-ce que le tri sélectif.  Patience donc, mais chemin faisant le compost devient de plus en plus sollicité, notamment par les collectivités.

Compoststory, l’entreprise lancée il y a deux ans par Jean-Jacques Fasquel, pionnière dans le compost collectif à Paris, répond à cette demande. Pour ce faire, il a commencé par faire du compost bénévolement dans son immeuble. Avant de fournir des prestations pour les syndics et collectivités. Il n’a pas hésité une seconde quand lui est venue l’idée d’organiser cette formation  de guide-composteur. Afin de  « remettre en cause certaines idées reçues sur le sujet », selon Jean-Jacques Fasquel, « associant systématiquement le compost aux mauvaises odeurs ». La formation, théorique le matin et pratique l’après-midi, est notamment rythmée par la visite d’un compostage collectif.

« Apprendre les règles de base »

On commence par apprendre comment fonctionne un compost, quels déchets on peut composter (uniquement les matières organiques), les différentes méthodes et  les principes théoriques de la décomposition des déchets. Avoir la meilleure alchimie possible, entre bon dosage et bon équilibrage des matières compostées, s’avère indispensable.

« Savoir équilibrer son compostage »

Il faut trouver le bon équilibre entre matières humides et matières sèches, entre déchets grossiers et déchets fins, mais surtout entre matières brunes (déchets de cuisine, tontes de gazon, pousses vertes…), qui rejettent de l’azote et matières vertes (paille, herbes sèches, papiers, cartons…) rejetant du carbone. En sachant que trop de matières brunes provoquent la diffusion d’odeurs pestilentielles dans l’environnement.

« ne pas oublier d’aérer »

Pour les composts collectifs, dont la montée en température  peut atteindre les 60°, cet équilibrage est plus que nécessaire. Avec cette technique et une bonne aération permise grâce au brassage des déchets, on peut  réaliser un compost autonome et de qualité, c’est-à-dire sans odeur.

« Ne pas hésiter à réduire ses déchets »

 Il faut éviter de remplir son compost avec des déchets trop importants pour éviter un desséchement trop rapide. Les réduire avant de les composter constitue un rudiment du compostage. Après si vous pensez à bien mélanger les déchets humides et secs,  il ne vous reste plus qu’à mettre cela en pratique.

« Créer son compostage domestique »

Et c’est parti pour la création de son  propre compost domestique après avoir réussi l’évaluation de fin de journée. En sachant que 90% des déchets que l’on composte chez soi  sont des restes de nourriture. Le guide-composteur ne doit donc pas oublier de rajouter du broyat et des matières sèches pour compenser ce déséquilibre.

« Une formation accessible à tout le monde »

En dehors de son rôle écolo, la formation de guide-composteur doit selon Jean-Jacques Fasquel « rendre ses lettres de noblesse » à cette méthode. Médiatiser aussi  ce geste citoyen, utile pour diminuer les tonnes de déchets traitées par les incinérateurs. La formation s’adresse à tout le monde mais au vu du prix de la formation, ce sont surtout les agents de prévention des déchets ou les ingénieurs environnement des collectivités qui sont intéressés par celle-ci.

« Devenir un  référent enthousiaste pour le compostage collectif »

La formation se donne comme ambition de convaincre de plus en plus de particuliers à entreprendre cette démarche afin de devenir « un référent enthousiaste pour le compostage collectif ». A l’image de ce que Mr Fasquel a entrepris dans son immeuble sis dans le douzième arrondissement, en convainquant une trentaine d’habitants de participer à ce mode de gestion des déchets. Dans la joie et la bonne humeur.

Plus d’infos: Jean-Jacques Fasquel
CompoST’ory, Batiment 1-107, rue de Reuilly, Paris
http://compostproximite.blogspot.com/
Tarif formation: 290 euros (TVA non applicable), tarif réduit de 150 euros HT pour les demandeurs d’emploi, prochaine formation: le 16 décembre 2010.

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone