Deux pandas débarquent au zoo de Beauval

Attendus avec impatience par les propriétaires du zoo de Beauval (Loir-et-Cher), un couple de pandas géants va bientôt faire son entrée en France. Une grande première ! Il aura fallu cinq ans de négociations pour que le gouvernement chinois accepte de confier deux pandas à un zoo français. Retour sur un parcours du combattant diplomatique.

Cinq ans d’attente, de discutions entre les chefs d’Etat français et chinois, mais aussi de préparations au sein du parc zoologique de Beauval pour accueillir l’animal national chinois. Samedi 3 décembre à Pékin, l’accord de conservation et de recherche a été signé par la direction de Beauval et l’association chinoise pour les jardins zoologiques (Chinese Association of Zoological Gardens). Rodolphe Delord, directeur du ZooParc de Beauval, et sa soeur, Delphine Delord, directrice pédagogique, ont fait l’aller-retour jusqu’en Chine pour signer l’accord. Le couple de pandas prendra ses quartiers à Beauval le 15 janvier 2012. Pour leur laisser le temps de s’acclimater à leurs nouvelles conditions de vie, le ZooParc autorisera les visites du grand public à partir du 11 février 2012.

Deux parcs intérieurs climatisés plus deux parcs extérieurs ont été construits pour accueillir le couple de plantigrades. « Les pandas sont très solitaires. Ils ont besoin d’avoir chacun leur espace notamment quand la femelle est en pleine gestation », explique Delphine Delord, fraîchement débarquée de Pékin. L’installation spéciale panda de Beauval a été qualifiée de « plus belle installation pour les pandas… en dehors de celles de Chine », par les représentants chinois lors d’une visite.

Huan Huan (la femelle) et Yuan Zi (le mâle) éliront domicile en France dans les prochaines semaines. Ils sont tous les deux nés à la base d’élevage et de recherche de Chengdu en 2008. Huan Huan a vu le jour pendant les Jeux Olympiques de Beijing. Son nom signifie « bienvenue » et « grande joie ». Quatre autres bébés pandas (Bei Bei, Jing Jing, Ying Ying et Ni Ni) sont nés au même moment. Ce qui donne la phrase d’accueil des JO : « Bei Jing Huan Ying Ni » (Beijing est heureuse de vous souhaiter la bienvenue). Le mâle, Yuan Zi, est le fils de Yuan Yuan. Sa mère a été nommé ainsi car sa tête est très « yuan » (ronde). Yuan Zi signifie « le 1er fils de celle qui a une tête toute ronde ».

La « saga des pandas »
Ce que Delphine Delord appelle la « saga des pandas » a débuté il y a huit ans. « C’est quand je suis allée en Chine avec maman que tout a commencé. Elle est tombée amoureuse des pandas et a décidé de tout faire pour en accueillir au ZooParc », raconte la fille de la fondatrice de Beauval. Pour pouvoir faire venir des pandas dans un parc zoologique, il faut que le président du pays d’accueil en fasse la demande au président chinois. Pas de problème ! La famille Delord prend alors contact avec le président de le République française. En 2007, Nicolas Sarkozy envoie une lettre au président chinois Hu Jintao pour lui faire une demande officielle.

« Autant vous dire qu’à partir de ce moment-là, on ne maîtrisait plus grand chose », s’amuse Delphine Delord. Depuis, ce sont quatre ans de haut et de bas, d’hésitations. Les chefs de l’Etat discutent de l’« adoption » mais sont parfois rattrapés par des sujets plus triviaux comme la dette grecque. « Ils devaient en parler ensemble au G20 mais la crise grecque les a accaparés », souligne Delphine Delord. Le président Hu Jintao a fini par donner son accord. « Enfin ! », s’exclame la directrice pédagogique du ZooParc.

« Diplomatie du panda »
Le couple de pandas est loué pour dix ans au zoo de Beauval au tarif d’un million de dollars par an selon France 2. Deux Chinois, un vétérinaire et un soigneur, s’assureront du bien-être des deux plantigrades pendant leur séjour français. Seuls quatorze parcs zoologiques dans le monde sont habilités à héberger l’animal national chinois. Le zoo d’Edimbourg (Écosse) a ainsi accueilli en grandes pompes deux pandas début décembre. Le Royaume-Uni puis la France, c’est ce que Rue 89 qualifie de « diplomatie du panda », signe des bonnes relations entre les pays.

Le FedEx Panda Express s’est posé sur le sol français
Dimanche 15 janvier, Huan Huan et Yuan Zi ont posé leurs pattes là où aucun panda ne l’a encore fait ! Le couple de pandas est arrivé à bord d’un avion rebaptisé FedEx Panda Express pour l’occasion. Une arrivée en grandes pompes qui a été applaudie par quelques privilégiés. Enfermés dans des caisses pour le transport en avion, les trésors chinois ont pris le chemin du zoo dès leur arrivée.


Donner pour les protéger plutôt que de les enfermer
L’association Peta (Pour une éthique dans le traitement des animaux) a exprimé son mécontentement concernant l’arrivée du « couple d’ambassadeurs chinois ». La Peta accuse le zoo de Beauval de faire croire au public que « le salut des créatures sensibles que sont les pandas repose sur leur entreposage dans un enclos ». Une théorie à laquelle s’oppose farouchement l’association. Dans sa déclaration, elle met en avant « les comportements névrotiques tels que tourner en rond sans cesse, balancer leur corps d’avant en arrière, et mordre les barreaux ». Des symptômes dont seraient souvent victimes les pandas en captivité. La Peta appelle le zoo de Beauval à encourager le public à « faire des dons à des programmes qui protègent les pandas dans leur habitat naturel ».

Plus d’information : www.zoobeauval.com

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone