Des usines de dessalement

L’eau occupe plus des deux tiers de la surface du globe, mais seulement 1% de cette eau est liquide et douce, avec en plus des problèmes de pollution et de raréfaction. L’homme se tourne donc de plus en plus vers la dessalement de l’eau de mer. Exemple : d’ici 2010, une société comme Véolia doit mettre en service des installations dessalant chacune des dizaines de milliers de mètres cubes d’eau par jour dans les Emirats arabes unis, en Australie ou encore en Espagne. La séparation de l’eau et du sel est obtenue selon deux procédés : par condensation de vapeur d’eau de mer portée à ébullition, ou par filtration spéciale de l’eau de mer.

Par Vincent Rondreux

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone