Des téléphones portables d’Afrique recyclés en France

Dans le cadre de son partenariat avec Emmaüs International, Orange a organisé la semaine dernière l’arrivée en France du premier container chargé de 8 tonnes de déchets de téléphones mobiles en provenance du Burkina Faso.

En ce 5 juillet 2011, les Ateliers du Bocage, Orange et Emmaüs fêtent l’arrivée dans Les Deux-Sèvres d’un container maritime de près de 8 tonnes de mobiles HS, cartes électroniques, piles et batteries collectés à mobylette auprès des revendeurs et réparateurs de téléphones de Ouagadougou. « Les pays africains n’ont pas les infrastructures pour traiter ce type de déchets, explique Patrick Roussel, Directeur stratégie et développement d’Orange. Nous avons lancé en 2010 un atelier de collecte et de tri qui emploie cinq personnes au Burkina Faso, puis un deuxième au Bénin en février dernier et un troisième début juillet à Madagascar. Le projet vise à couvrir une dizaine de pays d’ici deux à trois ans. »

A la fin mai 2011, près de 17,5 tonnes de déchets ont été collectés  (l’équivalent de 118 000 mobiles) au Burkina Faso et 2,2 tonnes au Bénin. D’autres containers vont donc suivre dans les prochains mois. L’objectif est de collecter les mobiles africains en fin de vie pour les recycler en Europe, là où sont situées les usines de retraitement. Le président d’Emmaüs France, Christophe Deltombe, a exprimé son soutien à cette opération. C’est d’abord la continuité d’une implication générale des communautés et structures d’insertion dans le développement durable. Une philosophie intrinsèque au mouvement qui s’est construit sur les métiers de chiffonnier, de récupérateur, pour redonner à la fois vie aux objets et dignité aux hommes.

Cette démarche s’inscrit aussi dans le cadre du partenariat noué par Orange avec les Ateliers du Bocage, membres d’Emmaüs International, qui assure par ailleurs le recyclage des mobiles collectés par les opérateurs téléphoniques et par Eco-systèmes en France. Cette structure d’insertion favorise l’emploi des personnes en difficulté avec pour objectif de les réinsérer sur le marché du travail. Environ 25 000 téléphones y sont triés chaque mois. Environ 75% sont HS et partent alors au recyclage. Pour les cartes électroniques, comptez ainsi 22 000 € la tonne ! Les 25% qui fonctionnent encore sont testés, puis formatés pour qu’aucune donnée personnelle de l’ancien propriétaire ne reste sur le téléphone. Et quand on sait qu’un Français change en moyenne de portable tous les 18 mois, les Ateliers du Bocage ont de beaux jours devant eux. A condition de ne pas stocker vos vieux téléphones au fond d’un tiroir !

Plus d’infos : www.ateliers-du-bocage.com et www.orange.fr

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone