Des signes extra-terrestres en Loir-et-Cher !

Le mystère enfin révéléL’affaire a fait le tour du monde. De Sidney à Nantes, de Belgrade à Paris, les photos se sont propagées sur Internet à la vitesse de la lumière. Et pourtant.

Crop circles ou cercles de culture : des motifs géométriques réalisés dans un champ de céréales par flexion des épis, le plus souvent de blé, dont l’ensemble est visible depuis le ciel et considérés par les amateurs de paranormal comme une manifestation extra-terrestre.

« Ils » sont apparus au petit matin du 10 juin, dans un champ de 6 hectares, à Cellé, en Loir-et-Cher. Une fresque géante de 50 mètres de diamètre, représentant un labyrinthe, à l’identique de la mosaïque romaine de la cathédrale de Chartres, suscitant surprise et interrogation. Da Vinci Code ? Deux jours plus tard, des photos du phénomène circulent sur des sites internet spécialisés. Et les réactions ne se font pas attendre. Certains se sont déplacés, venus de l’Orne, après 1h30 de route, pour essayer de comprendre. D’autres ont contacté la gendarmerie de Savigny-sur-Braye, à la recherche du propriétaire du champ de blé, Cyril Beautru, un jeune éleveur de Loir-et-Cher. D’autres encore ont envoyé des mails, depuis Sidney, en Australie, ou de Belgrade, en Serbie. A Nantes, une équipe de chercheurs se propose de réaliser des prélèvements d’échantillons du sol et des tiges de blé, d’analyser l’air ambiant et de relever le taux de radiation. A Paris, ça s’affole aussi : « Je dois me positionner au centre vibratoire du crop circle afin de bénéficier d’ondes positives et méditer », réclame un internaute. Un autre invoque « le mystère des consciences supérieures ».

En page 2 : « Des êtres de lumière »

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Jean-Michel Véry

Guitariste, compositeur, après dix ans de bons et loyaux services auprès de musiciens comme Andy Chase, Laszlo de Trèbes ou Vivien Savage, il débranche pour le journalisme et collabore avec L’Optimum, Le Figaro, Politis… Un père anglais et une mère égyptienne, aux ascendances touaregs, lui confèrent génétiquement le goût du voyage. Il signe régulièrement la rubrique « tourisme » pour Néoplanète.