Des plantes pour votre barbecue

Avec les beaux jours, le « barbeuc » est de sortie. Son nom désigne à l’origine la claie de bois sur laquelle les Arawaks, ces Amérindiens des Antilles, faisaient fumer ou cuire les viandes et poissons. De l’hispano-américain, barbacoa on en est venu à barbecue.

barbecue-pixabay

 Véritable phénomène social, lieu d’échange et chez certains peuples, art de vivre, le barbecue remplace parfois le repas de famille dominical libérant les uns et les autres des contraignants usages de tables où s’exprimaient souvent les représentations de classe. Le feu redevient central dans le groupe, et, fait nouveau, c’est l’homme qui en devient le maître. Il y déploie tous les artifices possibles pour incarner la personne centrale, indispensable à la distribution de la nourriture obligatoirement carnée pour l’occasion.

barbecue skewer - pixabayLes nutritionnistes vous diront de ne pas abuser des barbecues, pas plus de deux par semaine !

En effet, ce type de cuisson doit s’accompagner de certains soins :

-bien nettoyer la grille et choisir un charbon épuré de bonne qualité.

-empêcher les flammes et disposer la viande à plus de 10 cm de la braise.

-ne pas dépasser une température supérieure à 300° afin d’éviter les fumées et hydrocarbures néfastes.

Pour connaître les plantes, les antioxydants et les épices à mettre dans vos grillades, rendez-vous à la page 19 du Néoplanète numéro 43 !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Paul Brinio

Né dans le sac à dos de ses parents, cet aspirant journaliste tombe rapidement amoureux de la radio. Après avoir traîné sa barbe et ses cheveux à RFI Bruxelles et dans des rédactions locales, il termine sa formation de journaliste, rejoint l'équipe de Néoplanète en 2015 et continu ses études de géopolitique dans un souci de conquête mondiale.