Des panneaux solaires à base de fruits !

Le matériau le plus couteux dans la fabrication d’un panneau solaire ? Le silicium. C’est le matériau de base qui permet de fabriquer les cellules constitutives des panneaux solaires photovoltaïques, après avoir été transformé. Les experts cherchent désormais à lui trouver des substituts moins coûteux, plus abondants et plus écologiques.

Les recherches s’orientent de plus en plus vers des matériaux naturels. Si l’Italie travaille depuis plusieurs années pour remplacer le silicium par des myrtilles, on évoque maintenant les bienfaits du raisin, et particulièrement du raisin d’Amérique. Sa principale vertu ? Il est absorbant. D’après des tests réalisés par des chercheurs américains, imprégner des cellules solaires avec une teinture réalisée à partir des raisins permettrait d’absorber efficacement la lumière utilisée pour la fabrication d’électricité.

Pour les scientifiques, l’intérêt principal est clair : le raisin d’Amérique, le Phytolacca americana, est une plante invasive originaire du continent américain qui pousse sur tous les continents. Une production à grande échelle serait donc peu coûteuse. Afin d’optimiser les capacités absorbantes de ce raisin, les cellules photovoltaïques utilisées pour équiper ces panneaux solaires d’un nouveau genre sont fibreuses : elles permettent de capter le spectre lumineux quelque soit l’angle d’incidence des rayons solaires. A l’inverse, les cellules classiques en silicium fonctionnent mieux lorsque les rayons sont à la verticale du panneau photovoltaïque.

Autre innovation sans silicium : des panneaux solaires très souples imprimés à la manière de journaux, avec une encre pleine de nanoparticules aptes à transformer la lumière en électricité. Ces panneaux sont si flexibles qu’ils pourraient bien devenir un jour la peau de nos bâtiments. Une entreprise californienne, Nanosolar, a déjà vendu ses premiers exemplaires en Allemagne.

A noter enfin qu’en 2009 un étudiant népalais a réalisé un prototype pour remplacer le silicium… par des cheveux ! Pour cet étudiant en sciences, l’idée première était d’arriver à créer de l’électricité avec des panneaux solaires peu coûteux que pourraient acheter des villages disposant de peu de moyens et qui ne sont pas raccordés à un réseau électrique pour subvenir à leurs propres besoins. Ce panneau photovoltaïque prototype a couté en tout et pour tout la somme de 30 € et fournit du 18 W.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone