Des lapines sexy à Sotchi pour dénoncer la fourrure

PETACette année, les Jeux Olympiques d’hiver se déroulent à Sotchi. Les russes, étant les plus grands consommateurs de fourrure dans le monde, ont été ciblés par la PETA. L’association a voulu faire réagir les fans de sport en mobilisant deux lapines sexy, lâchées devant le parc olympique…

« Les champions ne portent pas de fourrure ». C’était la phrase inscrite hier sur les pancartes de deux militantes de la PETA en vue des Jeux Olympiques d’hiver de Sotchi. Afin de faire réagir tous les fanatiques sportifs, elles ont bravé les températures glaciales et se sont installées devant le parc où se déroulent les jeux, en bikini et avec des oreilles de lapins. Pour Hope Carveth, lapin de neige et militante PETA : « Les Jeux Olympiques sont une célébration de la vie et de la force, mais les animaux utilisés pour leur fourrure ne connaissent que la douleur et la mort. En refusant de porter de la peau, n’importe qui peut être un gagnant pour les millions d’animaux élevés et tués pour leur peau, à qui on ne laisse jamais le droit de suivre leurs comportements fondamentaux comme courir, sauter et nager. »

Il faut savoir que si les Russes sont les premiers consommateurs de fourrure dans le monde, c’est surtout parce qu’ils ne connaissent pas la nature de la fabrication de leurs manteaux. En 2013, PETA avait lancé une campagne de pub anti-fourrure à Moscou afin de sensibiliser la population. Cette révolution avait pour but de montrer que les tissus modernes (microfibres, polaires, fausse fourrure…) ont les mêmes bienfaits que la fourrure lorsqu’il s’agit de rester au chaud pendant les sorties en hiver.

À noter également : les chiens errants ne sont pas à l’abri à Sotchi. La ville a donné le feu vert pour massacrer ces pauvres bêtes afin d’améliorer l’image globale de la Russie vis-à-vis des autres pays du monde. Sachant qu’une chienne et sa progéniture peuvent mettre au monde 67 000 chiots en six ans, la PETA propose un programme de stérilisation pour ces animaux afin de limiter leur reproduction au lieu de les tuer.

Pour en revenir à nos lapines sexy, les autorités russes ont malheureusement confisqué leurs pancartes et leurs passeports avant de leur demander de quitter les lieux. En espérant que leur message soit passé avant leur départ…

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Venue tout droit des États-Unis, Charlotte est rentrée en France pour faire ses études de journalisme à l'ISCPA - Paris. Après une première expérience de journalisme culture dans le Web, elle se tourne vers l'environnement et les animaux avec Néoplanète.