Des bonbons bio naturellement bons !

Avec plus de trois kilos croqués par an et par personne, les bonbons ont toujours la côte chez les Français. Mais pas chez les professionnels de la santé qui dénoncent leur composition et leur consommation excessive. La solution pour continuer à se faire plaisir tout en préservant sa santé ? Les bonbons bio.

Pétillants, acidulés, à croquer, à mâcher, durs, mous, multicolores… Les bonbons évoquent l’enfance, la gourmandise, la fête. Ils ont le pouvoir magique de rendre les gens heureux. 61% des Français considèrent ainsi les confiseries comme un plaisir à partager et près de 80% comme un cadeau qui fait toujours plaisir à offrir… ou à recevoir ! (1) Plébiscités par les enfants, savourés en cachette par les adultes, les bonbons sont pourtant de plus en plus pointés du doigt.

Et pour cause : ils n’apportent que des calories « vides », c’est-à-dire sans intérêt nutritionnel, et des sucres rapides dont la consommation excessive entraîne des maladies comme le diabète, l’hyperactivité et l’obésité. Sans oublier que ces sucreries sont bourrées de stabilisants, conservateurs, exhausteurs de goût, colorants, gélatine de porc et autres adjuvants de synthèse potentiellement allergènes !

Alors, au placard, les oursons en chocolat et les sucettes à la fraise ? Pas si vite. Il existe désormais des alternatives saines tout aussi goûteuses. La preuve avec le livre « L’atelier des bonbons bio » de Linda Louis. On y apprend à faire ses propres friandises, sans additifs et sans conservateurs. Au menu : des guimauves roses, des roudoudous au caramel salé, des allumettes à la réglisse, des colliers à fruits secs… « Il n’y a aucun produit chimique dans mes recettes, précise Linda Louis, maman et fondatrice du blog www.cuisine-campagne.com. J’ai délaissé le sucre blanc raffiné au profit d’aliments comme le miel, l’agar-agar, la mélasse, le sirop d’agave, le rapadura, le sucre de canne ou encore le sirop de pommes. Ils sont meilleurs pour la santé, mais ils apportent aussi des textures et des goûts plus variés. »

Faire ses bonbons maison, c’est ainsi l’occasion d’initier vos papilles, et celles de vos bambins, à denouvelles saveurs. Exit les colorants chimiques, on les remplace par des ingrédients naturels comme la poudre de tomate, le curcuma, le thé matcha, le cacao ou le sucre de betterave. Les arômes ? Ils sont obtenus à partir d’huiles essentielles, d’épices, de sirops, de purées de fruits… Seul matériel indispensable à tout apprenti confiseur, un thermomètre à sucre. Car tout se joue à quelques degrés près pour que vos bonbons soient liquides, malléables, durs ou carrément cassables. Ajoutez à cela un soupçon de rigueur pour suivre la recette à la lettre, et le tour est joué. « J’ai eu des retours via mon blog de personnes ayant raté une recette, raconte Linda Louis. Elles avaient par exemple oublié de faire bouillir l’agar-agar. Cela semble anodin, mais cela change tout au final ! »

(1) Etude menée par Louis Harris pour la Chambre Syndicale Nationale de la Confiserie et réalisée en 2003 sur un échantillon de 1054 personnes, représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus.

« L’atelier des bonbons bio », Linda Louis, 9.90 €, Editions La Plage.


Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone