Êtes-vous mentaphobe ?

crédit Flickr cretaive commons Arran MoffatVaches, cochons, poissons… Nous refusons aux animaux une conscience lorsqu’il s’agit de justifier leur « meurtre », qualifié de zoocide par Matthieu Ricard. Le livre « Contre la mentaphobie » souhaite apporter un nom à l’impossibilité pour nombre d’entre nous d’accepter une pensée animale : la mentaphobie. Cet essai s’appuie sur des textes philosophiques et des études scientifiques, pour stopper nos préjugés et nous faire réfléchir aux rapports que entretenons avec les animaux que l’on à tendance à qualifier de « bêtes ».

Interview de son auteur, David Chauvet, diplômé en droit privé et en histoire du droit, actuellement doctorant en droit à l’Université de Limoges.

La peur de reconnaître que les animaux sont des êtres conscients porte aujourd’hui le nom de mentaphobie. David Chauvet nous en dit plus sur ce néologisme.

A quand une réforme qui permettrait une reconnaissance de l’animal comme être sensible dans le code civil ? Qu’en est-il dans les autres pays, sont-ils considérés comme des « meubles » ?

Lire « Animaux : êtres sensibles ou bien corporels ? »

David Chauvet

 

Pour justifier le zoocide de certains animaux, les Hommes ont tendance à refuser  le fait qu’ils puissent avoir une conscience. Une conscience à défendre parallèlement à la sensibilité…

Dans notre imaginaire, le cochon est un animal comestible, considéré comme peu intelligent. Pourtant, il est loin d’être stupide, tout comme la vache et le poisson ! Qu’est-ce qu’un animal intelligent et conscient ?

Même si nous considérons mieux les animaux, leur sort est aggravé…

Livre contre la mentaphobie crédit photo L'âge d'homme

 

 

 

Livre ‘Contre la mentaphobie » de David Chauvet

Aux éditions L’Âge d’Homme (17 euros)

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.