Des actions humanitaires à encourager

3 actions humanitaires à encouragerPar Véronique Geoffroy, www.jemesensbien.fr

On parle toujours des grandes associations et de leurs grandes causes … et c’est bien ! Mais quantité d’autres associations œuvrent aussi sur le terrain, ici pour vacciner les bébés, là pour que les enfants soient scolarisées, nourris, médicalisés… Ça change ! Tous ont besoin d’aide.

Des couches contre le tétanos

Cette année, 128 000 bébés ne fêteront pas leur premier anniversaire à cause du tétanos. il s’agit d’une maladie infectieuse souvent mortelle due à une bactérie qui pénètre dans l’organisme par une plaie. Cette bactérie, le bacille de Nicolaier,vit sous forme de spores dans la terre et dans l’intestin des mammifères. Elle se transmet à l’homme via une simple plaie. Le nouveau-né le contracte à partir de la plaie ombilicale, la mère accouchant à même le sol et les ustensiles à couper le cordon, etc, étant non stériles. Quelque 500 000 personnes en sont atteintes chaque année dans le monde. Il est responsable de 128 000 décès de nouveau-nés et de 3000 décès de mamans qui le contractent au cours de l’accouchement, si les conditions d’hygiène nécessaires ne sont pas réunies.
Pampers s’est engagé depuis 2 ans auprès de l’Unicef dans le but d’éliminer le tétanos du nourrisson d’ici à 2012. À ce jour, la marque a déjà financé 200 millions de vaccins contre le tétanos du nourrisson. Comment ? Pour l’achat d’un paquet de couches ou lingettes Pampers jusqu’au 31 décembre 2009, la marque reverse à l’Unicef un vaccin antitétanique. Par ailleurs, la chanteuse béninoise Angélique Kidjo a prêté sa voix pour une chanson « Tobolo » téléchargeable légalement et gratuitement sur le site Pampers, qui équivaut à un don à L’unicef pour financer la lutte antitétanique. Laetita Hallyday, marraine de l’Unicef France s’engageant plus particulièrement dans la lutte contre le tétanos au Cambodge. (www.pampers.fr)

Des vélos pour aller à l’école

En Inde, la dispersion des villages et l’éloignement des enfants des écoles sont les principaux freins à leur inscription à l’école. Dans les campagnes isolées, le vélo est donc le moyen de transport majoritairement utilisé. Les jeunes filles sont les plus touchées par cette situation et sont souvent contraintes d’arrêter l’école à cause de la durée des trajets et du manque de transports publics pour s’y rendre. En donnant 54 € à Un Enfant Par La Main, je finance l’achat d’un vélo qui permettra à une jeune fille  indienne (fréquentant un collège ou un lycée des états de Orissa, Jharkhand, Chattisgarh et Utta Pradesh) d’aller 3 actions humanitaires à encouragerà l’école plus facilement, d’arriver à l’heure, en lui épargnant de la fatigue et donc des maladies notamment à la saison des pluies. L’école restant une priorité pour s’en sortir. Allez, je prends un enfant par la main. (www.unenfantparlamain.org)

Des parrains pour envisager un avenir

À Madagascar, l’association Zazakely Sambatra (« Enfants Heureux », en malgache) agit en faveur des enfants défavorisés et de leurs familles, en les faisant parrainer pour aller à l’école, recevoir un repas complet par jour, être vêtu et soigné (30 € par mois). Elle implante également des puits dans les villages (900 € le puits) et collecte en ce moment pour monter un dispensaire afin de réduire le taux de mortalité des femmes en couches et de leurs bébés, de soigner les rhumes et grippes mortels pour toutes ces personnes malnutries… Les dons sont déductibles des impôts. Plus d’information sur le site de l’association Zazakely Sambatra : www.zazakelysambatra.asso.fr.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone