Découvrez les secrets du salin d’Aigues-Mortes

Avez-vous déjà vu des lacs d’eau totalement rose ? Si ce n’est pas encore le cas, il suffit de vous rendre à Aigues-Mortes (Gard), dans les terres chaudes de la Camargue. Derrière les remparts de la charmante ville fortifiée, le salin d’Aigues-Mortes vous ouvre ses portes. Découvrez le processus de fabrication du sel, mais surtout une biodiversité unique, riche et sauvage. Néoplanète est allé jeter un œil, et vous conseille de faire de même !


Rose bonbon

La première chose qui interpelle à l’entrée du salin ? L’eau est rose. Non, ce n’est pas l’une des merveilles du pays d’Alice. Nous sommes à 40 km de Nîmes, au salin d’Aigues-Mortes. Au pied des remparts de la ville, une étendue d’eau grande comme Paris intra-muros. 10 800 hectares (contre 2 500 à Guérande) morcelés en 140 bassins appelés « partènements ». Mais tous les bassins ne sont pas roses. Pourquoi donc, Docteur Watson ?

C’est un phénomène naturel, pardi ! La responsable des espaces naturels du salin, Sonia Séjourné, nous explique : « L’eau devient rose quand elle est fortement concentrée en sel ». Oui, mais pourquoi ? « Quand le sel est concentré à 320 grammes par litre d’eau, une algue microscopique se développe », précise-t-elle. « Cette algue est un peu spéciale, elle est chargée de carotène, ce qui lui donne sa couleur rose-rouge ». Plus le taux de sel augmente, plus l’algue prolifère et colore l’eau. Voilà le mystère de l’eau rose élucidé. Voyons maintenant comment les hommes parviennent à extraire le sel de notre belle mer Méditerranée.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone