Découvrez le palmarès du Prix Terre de Femmes

Voici les cinq lauréates du Prix Terre de Femmes de la Fondation Yves Rocher – Institut de France. La 9ème cérémonie s’est déroulée le 8 mars dernier. Ce prix récompense des femmes éco-citoyennes, militantes du quotidien et souvent anonymes, qui agissent en faveur de l’environnement.


Les 3 lauréates françaises

N°1 : Violaine Neto-Gameïro
Elle a été récompensée pour la mise en place d’une ferme école qui forme à la production et à la commercialisation de la spiruline au Burkina Faso.

En trois ans, tout en s’appuyant sur le réseau associatif local, elle a réussi à concrétiser son projet et forme désormais la population de Bobo-Dioulasso à la culture de la spiruline mais aussi à sa commercialisation. D’emblée, elle a fait le choix d’assurer l’autofinancement de la ferme-école par la vente d’une partie de la récolte.

Soucieuse de promouvoir un mode de récolte biologique, Violaine participe à la récupération des déchets végétaux de la ville pour les utiliser comme engrais. Que ce soit à travers son métier de conseillère d’insertion et de probation ou par son association, Violaine entend montrer qu’on peut apprendre en partageant, gagner confiance en réalisant et finalement devenir autonome.

En 2005 Violaine crée l’association Spiruline Solidaire. La première étape de son action a consisté à acquérir un terrain d’1/4 d’hectare à la périphérie de la ville de Bobo-Dioulasso pour réaliser des bassins et les constructions nécessaires à la culture de la spiruline. Elle a pu ensuite développer un système synergique de production de spiruline, de compost, et de plantes ornementales et médicinales bio.

N°2 : Meriem Fradj
Elle a été récompensée pour la création de jardins partagés en Zone Urbaine Sensible à Valence, et ainsi recréer du lien social entre les habitants.

Avec son nouveau projet « Jardins dans la cité », Meriem entend mettre le jardin au cœur de la vie de 120 logements regroupant environ 500 habitants, dans le quartier de Fontbarlettes, à Valence. 4000 m2 à désherber, planter, arroser, autant d’actions qui sont source d’échanges mais aussi de reconnections à la nature. Transformer des bacs de béton en jardinières, créer une cour intérieure arborée et fleurie, aménager des jardins potagers tels une oasis au sein d’un quartier, autant d’actions que Meriem a pu mener et qui lui ont fait apprécier la force de la nature pour susciter lien, partage et respect. Depuis déjà 20 ans, en plus de son activité professionnelle, Meriem agit ainsi localement, durablement, amoureusement pour son quartier.

N°3 : Annick Hugon
Elle a été récompensée pour son soutien au développement économique, éducatif et environnemental de la communauté de Kadiolo au sud-est du Mali.

Tout a commencé en 2004 lorsque Annick et sa famille accueillent Binta, enfant malienne de 2 ½ ans ayant à subir une transplantation cardiaque en France. Une fois guérie, Binta repart parmi les siens à Kadiolo et Annick décide un an plus tard de se rendre sur place.  A son retour, Annick, jeune retraitée pleine d’énergie, crée l’association Binkad (pour Binta & Kadiolo) et s’emploie à tisser des liens entre un groupe de femmes du Nord, pour un groupe de femmes du Sud.

Le Grand Prix International Terre de Femmes

Il a été remis à Barbara Ehringhaus pour sa détermination à faire reconnaître le massif du Mont Blanc comme Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

La Mention Spéciale Biodiversité

Elle a été décernée à Carole Robert pour le développement d’un programme de formation en République Démocratique du Congo en vue de former des experts écologiques ou «écopreneurs».

Plus d’infos : www.yves-rocher-fondation.org

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone