Découvrez le jardin de l’année 2012

Les résultats du Prix du Jardin de l’Année ont été annoncés cette semaine par l’Association des Journalistes du Jardin et de l’Horticulture (AJJH). Les partenaires Botanic et le Salon du Végétal étaient également présents pour remettre les prix. Découvrez les trois lauréats.

La région Nord Pas de Calais est à l’honneur cette année car ce sont les Jardins de Séricourt qui ont été élus « Jardin de l’Année 2012 ».

« Avec humour, j’essaye de jouer avec les contrastes, jusqu’à la provocation : le strict et le flou, l’ombre et la lumière, les pleins et les vides. J’aime susciter l’émotion, surprendre, toucher, émouvoir, ne pas laisser indifférent. C’est une mise en scène ordonnée et spontanée, où le vocabulaire des jardins à la française, arabesques et topiaires, raconte l’histoire de la région.
Mon dessin sollicite l’imagination des petits, ados (ceux qui, tirés par la manche, ressortent avec le sourire) et grands. Je suis très curieux d’entendre leurs réactions dans le nouveau jardin d’eau et de pierre, la “renaissance”. » Yves Gosse de Gorre, paysagiste.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Coup de cœur 2012 se trouve cette année dans la Creuse : Le jardin de Val Maubrune.

« Nous cherchons à préserver l’atmosphère sereine de ce fond de vallon creusois. En douceur, les bosquets de saules ont été éclaircis et leurs silhouettes redessinées. Leurs troncs rythment ainsi la prairie de mousses et de fougères sur laquelle dansent des graminées.
Les chemins ondulent d’un point de vue à l’autre, ils révèlent les floraisons qui, en touches délicates, réveillent l’ombre. Avec les feuillages, elles font chaque jour différent et concourent à créer un équilibre entre sophistication et naturel. » Thérèse Thibault et Gérard Lemeignan.

 

L’Initiative Citoyenne 2012 est en Isère : Le jardin du bois Marquis.

« Bois Marquis est né avec ma passion, en 1980. Après l’avoir paysagé à l’anglaise, je l’ai structuré avec des feuillages dorés, pourpres et panachés et des conifères. Vous verrez des érables à peau de serpent, des pruniers du Tibet cuivrés, des cerisiers et des pommiers en fleurs dans les érables, plus de 60 espèces de chênes différentes…
En tout, plus de 850 arbres et 3 000 plantes, enrichis chaque année de trésors. Je n’ai pas l’âme d’un collectionneur : je plante ce que j’aime et le spectaculaire prime sur le botanique. Chez moi, il n’y a ni porte, ni clôture, et j’adore rencontrer des gens qui aiment la nature. » Christian Peyron.
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone