Débat : La Corrida dans l’Arène

Avec les beaux jours revient la corrida de plus en plus contestée par une majorité des français. Certains demandent l’interdiction de ce spectacle trop violent pour les enfants tandis que des vétérinaires viennent de créer le VAC, premier collectif de Vétérinaires Anti-Corrida, qui présentera le 9 juin une proposition de loi à l’Assemblée Nationale. L’occasion d’un débat entre Teddy Follenfant, le fol enfant aficionado d’Arles et Thierry Hély, chargé de communication de la FLAC, Fédération des Luttes pour l’Abolition des Corridas.

« Un sondage a montré que 54% des Nîmois interrogés (dont 70% chez les 18-24 ans) sont favorables au remplacement des corridas par les courses camarguaises. Selon les déclarations de Jean Lacouture au journal La Provence : « En France, il n’y a que 7 000 à 8 000 aficionados véritables. »

D’après un sondage Ifop du 28 septembre 2008 pour le Midi Libre effectué sur 1005 personnes, 50 % des français seraient favorables à une interdiction de la corrida et 48 % y seraient opposés. Dans le détail, les départements sondés ayant une tradition taurine sont opposés à une interdiction, tandis que les autres départements sont en général  plus favorables à l’interdiction. »

La corrida a été introduite en France à partir des années 1850, et reste de nos jours autorisée, au titre de la « tradition« , dans certaines zones de 11 départements du sud de la France, soit moins d’un dixième du territoire. Cette curieuse dérogation à la loi commune, contre laquelle s’élève un nombre croissant de parlementaires, se trouve dans un alinéa de l’article 521-1 du Code pénal consacré aux « sévices graves » et « actes de cruauté » envers les animaux domestiques. 

Au cours d’une corrida, six taureaux sont successivement tués, au terme d’une mise en scène codifiée durant une vingtaine de minutes pour chacun. Pendant le « tercio de piques », le picador à cheval enfonce des lances terminées par des pointes d’acier dans le dos du taureau. Pendant le « tercio de banderilles », les banderilleros plantent trois paires de harpons dits banderilles dans le dos du taureau. Pendant le « tercio de mort », le matador enfonce une épée dans le dos du taureau pour le tuer. La mise à mort, souvent longue et laborieuse, se prolonge par l’emploi d’une épée spéciale, puis de la puntilla (poignard), à la base de la nuque.  

La FLAC

Debat Corrida FLAC 1 PAD

La Corrida et les Enfants

Debat Corrida – enfants PAD 2

Débat d’opinion

Debat Corrida Opinion 3PAD

 



Reiser prend le taureau par les cornes.

Tout le monde connaît le travail de Reiser humoriste. Le dessinateur, pilier de « Hara Kiri » et « Charlie Hebdo », a fait rire des générations de lecteurs avec Jeanine, Gros Dégueulasse ou La Vie des Bêtes. Mais on a oublié le Reiser inventeur et militant de l’écologie ! Reiser et l’Écologie est une anthologie des pages qu’il consacra principalement dans les années 70 à son engagement, notamment contre la corrida.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.