De jeunes talents de la mode éthique

Tour d’horizon des jeunes talents de la mode éthique qui rendent leurs griffes aussi désirables que vertueuses. Et collaborent parfois avec les plus grands noms de la mode.

Valentine Gauthier

Après des études en géo-ethnologie qui la destinaient à une carrière d’ingénieur en écologie, Valentine Gauthier (www.valentinegauthier.com) plonge dans le bain de la mode. Forte d’un parcours éclectique, de Rochas à Martin Margiela, elle lance sa propre marque en 2008. Elle affirme immédiatement sa volonté de travailler d’une manière responsable avec une ligne en maille tricotée main par une association de femmes en Uruguay.

Au fil des saisons, toutes les pièces sont élaborées à partir de matières naturelles : baby alpaga de Bolivie, coton bio Pima du Pérou, soies et cuirs au tannage naturel d’Inde ou d’Europe… La créatrice a également recours à des teintures respectueuses de l’environnement. Pour l’hiver 2011-2012, sa collection revisite l’imaginaire nomade et les tenues typées des cavaliers argentins, pour lui insuffler une allure sensuelle et féminine.

Piola  et Agnès B

Cela signifie « élégant » en espagnol péruvien. C’est aussi le nom d’une jeune marque de sneakers éthiques (www.piola.fr), qui a conquis Agnès b. L’entreprise joue la carte de la transparence en dévoilant les adresses de ses partenaires et les rémunérations des producteurs. Fabriquées en caoutchouc naturel d’Amazonie, avec de la toile en coton bio Tanguïs récolté au sud du Pérou, ces chaussures ont un design minimaliste. L’été dernier, le modèle Madre de Dios en deux coloris (gris et bleu marine ou blanc et gris) était vendu dans les boutiques Agnès b. homme (75 €). Un nouveau modèle en cobranding devrait arriver en magasin, fin février 2012. D’ici là, rendez-vous sur la boutique en ligne de Piola.

Commuun


Dans la famille des designers japonais, on connaissait Issey Miyake ou Yohji Yamamoto. Voici Kaito Hori et Iku Furudate, fondateurs de la marque Commuun (www.commuun.com). Formés dans les meilleures écoles de stylisme du monde, ils font leurs armes chez Balenciaga et Anne Valérie Hash ; avant de lancer leur propre griffe, dont ils présentent la première collection à Paris, en 2007 : un subtil mélange de la simplicité japonaise et du perfectionnisme français. L’entreprise a banni le synthétique de ses lignes et ne travaille ses vêtements qu’avec des matières biologiques ou naturelles. Le coton bio est importé du Japon, le lin vient d’Italie.

Misericordia et Kris Van Assche


Depuis 2009, la griffe de mode éthique Misericordia (www.misionmisericordia.com) élabore, chaque saison, dans ses locaux situés au Pérou, une ligne spéciale pour Kris Van Assche, le directeur artistique de la collection homme chez Dior. Les T-shirts sont conçus autour des dessins d’Aurelyen, le créateur de Misericordia : « J’ai rencontré Kris Van Assche par hasard dans un restaurant, en  Argentine. C’est un amoureux de l’Amérique latine. Il a ensuite visité notre atelier à Lima et a aimé notre savoir-faire. Cette collaboration est une belle reconnaissance de notre travail. »

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone