Partenariat :

De Haïti au Nicaragua, les femmes changent le monde

Comme chaque année, le prix Terre de Femmes de la Fondation Yves Rocher – évènement dont Néoplanète est partenaire – récompense celles qui s’impliquent dans la sauvegarde de l’environnement. Portraits des lauréates 2017.

Sans titre1er prix :  En Haïti, Laure Botinelli a créé une entreprise sociale et solidaire Anacaona qui recycle les savons usagés.

À tout juste 28 ans, Laure cumule déjà cinq années d’expérience dans le domaine de l’humanitaire. Elle a contribué à construire des bornes fontaines accessibles aux handicapés au Bangladesh et aux Philippines. Elle a été en charge de programmes traitant de la problématique de l’eau à Madagascar, en Haïti ou au Sud-Soudan…
Son idée de savons recyclé est née lors d’une mission humanitaire dans ce pays dévasté par un tremblement de terre terrible en 2010. Convaincue de sa démarche et de l’importance de développer et soutenir l’économie haïtienne, les savons d’Anacaona sont emballés avec du sisal, une plante produite localement. Laure a réussi à fédérer une trentaine d’hôtels dans le pays, tous engagés à lui donner gratuitement leurs savons usagés. Près de 700 kilos ont ainsi été collectés. « Une partie de la production, précise Laure, est distribuée gratuitement dans certaines écoles pour sensibiliser les enfants à la nécessité de se laver les mains. Dans ce pays, touché par le choléra, ces gestes sont vitaux. J’envisage à termes de former des ambassadeurs de l’hygiène pour organiser des ateliers dans les bidonvilles et les écoles… car il y a encore beaucoup à faire en Haïti dans ce domaine. »

Sans titre

Sans titre

2e prix À Nantes, avec la Tricyclerie, Coline Billon recycle les biodéchets des restaurateurs et en fait du compost pour reverdir la ville

La jeune femme a organisé dans le centre-ville de Nantes une collecte à vélo des déchets organiques pour les transformer en compost. Elle fournit ainsi les jardins partagés et urbains. Avec son équipe de bénévoles et deux collectes hebdomadaires, la Tricyclerie a collecté en un an près de 1,2 tonne de déchets. Transformés en compost, ils ont été utilisés par un agriculteur local. Mais depuis peu, Coline a installé des composteurs en plein centre-ville pour fournir des jardins collectifs et des fermes urbaines. Elle espère créer des emplois grâce à cette action et ambitionne de décupler le poids de sa collecte et d’élargir son champ d’action d’ici 2018.

Sans titre

Sans titre3e prix : Au Nicaragua, Joëlle de Weerdt étudie les cétacés, les dauphins et se bat pour la préservation de ces espèces menacées

« Ce pays est en voie de développement explique la biologiste. Les pécheurs, en difficulté à cause de la surpêche, envisagent le tourisme comme un moyen
de subsistance en proposant des expéditions en mer pour voir les baleines et les dauphins. Cette activité, si elle n’est pas régulée et encadrée, nuit gravement à l’environnement et aux animaux. Au Nicaragua, aucune donnée scientifique dans ce domaine n’existe à ce jour. »
La jeune scientifique, aidée d’une équipe de huit volontaires, récolte des données sur deux sites d’études le long du Pacifique : L’un au sein de la réserve naturelle de Padre Ramos, dans la province du Chinandega au nord. Le second se trouve dans le village touristique de San Juan Del Sur, province de Rivas au sud du pays. Grâce à ce travail, Joëlle a pu révéler avec certitude que les baleines à bosse, considérées officiellement par le NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) comme menacées depuis 2015, ne migrent pas seulement jusqu’au Costa-Rica, mais bien, jusqu’aux côtes nicaraguayennes. Elle alerte aussi sur les projets néfastes à l’environnement comme la construction à venir du canal du Nicaragua, prévu pour relier l’Océan Pacifique à la Mer des Caraïbes.

J

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.