Date limite de conservation : ne soyez plus une bonne poire !

DLCSanté, fraîcheur, qualité, sécurité, traçabilité des aliments… de quelles informations disposons-nous pour faire notre choix ? Deux pistes : les dates limites de péremption et les labels. Si les dates limites de consommation sont une source d’information non négligeable, il faut apprendre à bien les lire. A lire dans Néoplanète n° 36.

 

Vérifier les dates de péremption des produits frais est, bien sûr, un réflexe sain, même si les choses ne sont pas si évidentes, surtout en ce qui concerne les dates limites d’utilisation remises en cause en Grande-Bretagne, mais toujours défendues par l’industrie agroalimentaire.
• La Date Limite de Conservation (DLC), toujours précédée de la mention « À consommer jusqu’au… », concerne les denrées périssables à conserver au frais, qui, une fois périmées, sont susceptibles de présenter un danger pour la santé humaine (comme la viande ou le poisson en barquette). Cela ne signifie pas pour autant que vous tomberez malade si vous mangez un yaourt dont la date est dépassée de deux ou trois jours, sachant que les distributeurs optent toujours pour des délais de consommation très courts. Il faut être, au contraire, intransigeant sur les viandes et les poissons.

• La Date Limite d’Utilisation Optimale (DLUO), précédée de la mention « À consommer de préférence avant le… », concerne, quant à elle, les produits qui se conservent hors du réfrigérateur (tels que les gâteaux secs, les boîtes de conserves, les pâtes, le riz…). Sauf en cas d’altération du produit, le dépassement de la DLUO ne rend pas dangereux l’aliment, qui peut encore être consommé. Le seul risque est une éventuelle perte de goût. À tel point que les Anglais réfléchissent à supprimer cette fameuse date limite, sauf pour les produits frais. En France, curieusement, les dates limites ne sont pas les mêmes en métropole que dans les DOM.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Suite à l'obtention de son DUT dans le commerce en 2008, il prend une année sabbatique qui l’emmène sur les routes des Etats-Unis, de l'Angleterre et de l'Italie. Après une courte carrière dans le commerce il décide de changer de voie et entame des études de journalisme radio à Paris.