Cuisiner à domicile pour sauver l’économie !

En Californie, un projet de loi permettrait aux boulangers et cuisiniers en herbe de vendre leurs produits faits maison et préparés directement depuis leur cuisine personnelle. Celui-ci aiderait les nombreux ménages qui cherchent désespérément  à arrondir leurs fins de mois dans une économie américaine toujours en récession.

A la recherche de solutions pour augmenter ses revenus

Pouvoir préparer des muffins, gâteaux et tartes de chez soi et les vendre aux épiceries et restaurants locaux ou directement aux consommateurs ? Un rêve bientôt possible.

Impactés par l’économie, de nombreux ménages cherchent à développer  des « à côté » pour gagner un peu d’argent et augmenter leurs revenus. Nombreux sont ceux et celles qui souhaiteraient pouvoir cuisiner leurs plats, gâteaux et autres mets directement de chez eux sans avoir à passer par les coûts rocambolesques nécessaires habituellement à la vente de tels produits : location de cuisines commerciales certifiées et  respect de multiples règles d’hygiène et commerciales.

Un nouveau projet de loi permettrait aux particuliers de cuisiner depuis le confort de leur foyer et de vendre jusqu’à 50 000 $ par an de marchandises.  La seule condition étant que leurs plats ne contiennent aucun produit à base de crème ou de viande. Aujourd’hui, plus de 30  États aux USA ont déjà adopté des lois similaires.

Cuisiner à domicile pour sauver l’économie ! pain

 

 

 

 

 Cuisiner depuis chez soi et vendre ses produits, telle est la question

Ce projet de loi est né l’année dernière quand, le Los Angeles County Health Department a ordonné à M. Mark Stambler à Los Feliz de cesser ses activité de vente de 50 miches de pain par semaine qu’il cuisait dans le four de sa cour arrière. M. Stambler, 59 ans, avait espéré transformer cette petite activité en une entreprise à temps plein, mais le Ministère de la Santé a décidé de la lui faire fermer.

En effet, selon la loi, c’est un délit de gagner  de l’argent sur des produits fabriqués à domicile sauf si ces derniers sont destinés à des organismes à but non lucratifs. Si vous souhaitez fonder une entreprise de vente d’aliments, vous devez obtenir une cuisine commerciale certifiée dans laquelle tous vos plats seront préparés. Une solution qui reste très coûteuse. Debra Baretta est une hôtesse de l’air, maman de trois garçons, qui vit dans la ville de Penngrove, en Californie. Boulangère durant  ses heures de repos, D. Baretta loue deux cuisines pour concocter et vendre ses produits bios et sans gluten. Mais elle récupère à peine ses frais : « Une petite entreprise alimentaire n’a aucune chance de s’en sortir. Il est impossible d’être rentable dans ce cas. J’ai littéralement travaillé jour et nuit. Si j’avais été capable de tout faire cuire à la maison, cela aurait rendu ma vie tellement plus facile. »

La création et la vente par  ces mini-entreprises pourraient engendrer une industrie lucrative qui représenterait  des centaines de millions de dollars.

 

En page suivante : les consommateurs sont de plus en plus sceptiques quant aux aliments produits en masse et commencent à favoriser ceux  dont les origines sont identifiables et issus de productions durables.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone