Crèmes solaires : menace sur les coraux

Coral outcrop on Flynn ReefPendant les vacances, Néoplanète vous propose de réécouter le meilleur des chroniques Europe 1 de Yolaine de la Bigne.

L’été va bientôt pointer le bout de son nez… et la plage aussi pour certains  ! En cette journée mondiale de l’environnement, saviez-vous que les crème solaires étaient plutôt mortelles pour les coraux ? 

ENV 05 06

Version écrite de la chronique, collaboration Nathalie Cayzac

En France, 15 millions de crèmes solaires sont vendues chaque année, indispensables pour se protéger des rayons du soleil. Mais depuis quelques années, elles sont remises en cause par les scientifiques car nocives entre autres pour l’environnement à cause des filtres chimiques que la plupart contiennent. Ils polluent l’eau, et tuent les coraux.Or les coraux sont indispensables, ils servent d’habitat ou de nourriture à de multiples espèces marines

Mais comment ces crèmes peuvent-elles tuer les coraux ?

Une étude de l’université polytechnique italienne Marche d’Ancône, effectuée au Mexique, en Indonésie, en Thaïlande et en Égypte l’a parfaitement démontré ! Sans rentrer dans des détails scientifiques, les coraux abritent des micro-algues (les zooxanthelles) et tout se passe très bien entre eux sauf que les filtres de nos crèmes solaires activent des virus qui se multiplient et tuent ces micro-algues…

Résultat : les coraux blanchissent et meurent en quelques jours !

D’après les estimations, 4 000 à 6 000 tonnes d’écran solaire sont libérées chaque année dans les zones de récifs tropicaux par les 78 millions de touristes qui s’y rendent. Ainsi, 10% des récifs coralliens mondiaux seraient menacés !

Les crèmes solaires restent tout de même des armes indispensables contre les cancers de la peau.

Mais pas n’importe lesquelles… Utilisez des crèmes solaires bio avec les labels Ecocert et Cosmebio. Et sans vouloir faire de la pub, une marque de crèmes solaires, 100% naturelle, dont la neutralité sur le milieu marin et les coraux est prouvée scientifiquement, est Evoa, qui d’ailleurs reverse une partie de ses bénéfices pour le repeuplement des massifs coralliens avec le programme « 1% pour la planète ».

La chronique « Quelle Époque Éthique » de Yolaine de la Bigne sur ce sujet a été diffusée jeudi 5 juin 2014 sur Europe 1. Retrouvez chaque jour sur Néoplanète ses chroniques « Bonne Nouvelle » et « Quelle Époque Éthique », enrichies de photos, de vidéos et de liens Internet.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.