Grande Barrière de corail contre gaz de schiste

La grande barrière de corail intéresse tout particulièrement l’industrie pétrolière et gazière australienne. Beaucoup craignent que cette nouvelle ait un impact désastreux sur l’environnement marin.

©flikr corailL’Etat du Queensland vient de lever l’interdiction d’exploitation minière dans la plupart des zones situées le long de la côte. C’est encore le gaz de schiste qui est à l’origine de la polémique. Après en avoir eu l’autorisation, la société Queensland Energy Resources construit des projets de mine de schiste à ciel ouvert et des usines de transformation. A ce niveau-là, c’est clairement une autorisation pour le dépouillement des ressources naturelles. Surtout quand on sait que les dommages causés au récif par l’extraction de ces gaz sont irréversibles.

Un secteur en plein…boom

L’industrie pétrolière et gazière en Australie connait un fort développement sur le littoral en ce moment. C’est donc un peu difficile pour les politiques de ne pas céder à la tentation. Mais certains réagissent déjà. Les Verts qualifient même cette nouvelle autorisation de « vandalisme environnemental ». Le ministère de l’Environnement rappelle aussi que le gouvernement peut utiliser ses pouvoirs pour faire interdire l’exploitation du site s’il appartient au patrimoine mondial. En février déjà, l’Unesco menaçait d’inscrire le récif dans la liste des patrimoines mondiaux menacés. La prochaine réunion du Comité aura lieu du 16 au 27 juin. L’organisation décidera à ce moment de placer ces 2 600 kilomètres de récifs sur la liste des sites en danger ou bien de lui laisser son statut de patrimoine mondial.

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2013/06/Barriere-de-corail-et-gaz-de-schiste-124215771.mp3|titles=Barrière-de-corail-et-gaz-de-schiste]

Cette chronique « Environnement » a été diffusée lundi 10 juin 2013 sur Europe 1. Retrouvez chaque jour sur Néoplanète les chroniques « Bonne Nouvelle » et « Environnement » de Yolaine de la Bigne, enrichies de photos, de vidéos et de liens internet. 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.