Consommation responsable – Du ticket de caisse au bulletin de vote

L’édito d’Alexis du Fontenioux du blog valinkeo

Qui de l’offre ou de la demande détermine l’autre ? Question épineuse à laquelle une réponse tranchée ne saurait être valable.  La dimension politique de l’acte d’achat prend en revanche toute sa mesure à la lumière des enjeux de notre temps. À ce titre, nous sous-estimons probablement le mot pouvoir dans l’expression « pouvoir d’achat ». L’acte d’achat a aujourd’hui une signification plus profonde que la simple expression d’un style ou d’un niveau de vie. C’est l’affirmation de valeurs, de points de vue, d’une ambition sociétale. L’acte d’achat devient la traduction d’un acte politique au sens large du terme, c’est-à-dire de gestion de la cité. Ainsi, lorsque le « pouvoir d’achat » diminue, c’est une part de pouvoir d’orientation et d’influence qui disparaît. Mais qui dit pouvoir, dit responsabilités.

je positive
Creative Commons License photo credit: Ol.v!er [H2vPk] [pKmaO]

D’une longue période d’insouciance, nous sommes passés à une inconscience consumériste dès lors que la connaissance des conséquences sociales et environnementales de nos actes d’achat est avérée. Comme le souligne Bettina Laville, le développement d’un souci (social et environnemental) dans nos actes de consommation détermine une nouvelle conscience de notre pouvoir d’acheteur. Ce nouveau statut nécessite de comprendre ce qu’induit la consommation. L’acte d’achat n’est jamais neutre ni sans impacts, il n’y a pas d’achat totalement vertueux et chaque bénéfice a sa part d’ombre. Il s’agit dès lors de déterminer de nouveaux arbitrages entre la satisfaction d’un besoin, son prix et ses impacts sociaux et environnementaux.

Le bulletin est dans l'urne
Creative Commons License photo credit: JaHoVil

Ces arbitrages nécessitent une éducation du consommateur moderne. Intégrer la définition du Bio, du commerce équitable, avoir des notions de bilan carbone, d’analyse de cycle de vie sont des préalables essentiels pour  éclairer sa propre politique de consommation et utiliser au mieux son « pouvoir » d’achat. Les arbitrages sont nombreux et complexes ; quelles préférences doit-on accorder et quelles échelles de valeurs doit-on appliquer à la solidarité Nord/Sud, à la solidarité Nord/Nord, aux lieux ou aux modes de production, au recyclage ou à la recyclabilité…  En définissant ses arbitrages, le consommateur exprime des priorités. L’acheteur doit faire ses choix en connaissance de cause et déterminer ainsi sa propre définition du bien être individuel et collectif. Le ticket de caisse deviendra alors un bulletin de vote.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Emilie Villeneuve

Sa licence de journalisme en poche, elle s’envole pour la Réunion où elle arpente l’île en tant que journaliste radio au sein de RFO. Une fois revenue en métropole, Emilie se consacre à l’environnement et au bio avec Bioaddict.fr et pige également en tant que journaliste web avec DDMagazine.com. Elle intègre la rédaction de Néoplanète en avril 2011 dont elle est aujourd'hui la rédactrice en chef adjointe du site et de la webradio. Elle fait également partie de l'équipe de "Bougez Vert", émission diffusée sur Ushuaïa TV.