Connaissez-vous les pigeonniers contraceptifs ?

Les amis des pigeons et ceux qui ne peuvent plus les supporter en ville se réconcilient désormais autour des « pigeonniers contraceptifs ». Un drôle de nom pour ces abris à volatiles en bois de 7 mètres de haut qui logent environ 200 individus !

Le dixième pigeonnier contraceptif de la ville de Paris est inauguré aujourd’hui au cœur du square des Batignolles, dans le 17ème arrondissement. Le but ? Permettre une réduction significative des nuisances locales causées par les pigeons, améliorer la cohabitation entre les citadins et les oiseaux, tout en respectant la vie animale.

Comment ça marche ?
La première couvée de chaque couple est préservée. Lors des pontes suivantes, on procède à une stérilisation manuelle des œufs qui sont individuellement secoués de façon à stopper le développement des petits. Les œufs sont laissés en place quelque temps. Ainsi, la femelle continue à couver sans se rendre compte qu’il n’y aura pas d’oisillon et ne déserte pas le nid. De cette manière, les couples installés n’ont qu’une couvée par an au lieu de 6 à 8 habituellement. Mieux : les amoureux de cette gent à plume tant décriée peuvent continuer à leur donner à manger en se rendant sur le lieu d’implantation du pigeonnier.

Depuis 2003, date à laquelle le premier pigeonnier contraceptif a été installé dans le XIVe arrondissement de Paris, ces équipements ont fait des petits. Aujourd’hui, la capitale en compte dix. A terme, tous les arrondissements devraient en être pourvus. Approuvé par la Société de protection des oiseaux des villes (SPOV) et par la Ligue de protection des oiseaux (LPO), ce dispositif est également en place dans plusieurs villes de France, de Nogent-sur-Marne (94) à Carpentras (84) en passant par Sablé-sur-Sarthe (72).

Voilà donc une politique de contrôle des naissances qui fait ses preuves. Il était temps après les filets à pigeons, les graines empoisonnées, la collecte des œufs…

Découvrez les pigeonniers contraceptifs à Paris en vidéo

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone