Connaissez-vous la grue cendrée ?

Du 15 au 18 novembre, Montier (Haute-Marne) accueille le 16ème festival de photo animalière et de nature. Expos, conférences et projections de film seront au rendez-vous. Le festival sera aussi l’occasion de (re)découvrir les grues cendrées, des oiseaux impressionnants qui sont en pleine de période de migration.

Par Yolaine de la Bigne et Eudoxie Jantet

Grue cendrŽeeElles mesurent entre 1 mètre et 1m20 pour une envergure de 2 mètres, volent jusqu’à 80 kilomètres par heure, et pèsent de 4 à 6 kg. Les grues cendrées ne passent pas inaperçues avec leur plumage gris traversé par une bande blanche verticale le long du cou, et leur cri caractéristique « krourr krourr ». Surtout en ce moment, où elles sont en pleine période de migration.

Une longue migration

Chaque année, lorsque la nourriture leur manque en Scandinavie (fin août-début septembre), les grues cendrées s’envolent vers le nord de l’Allemagne, puis traversent la France d’est au sud-ouest pour aller jusqu’en Estrémadure en Espagne. Les Français peuvent les observer au Lac du Der-Chantecoq dans la Marne (l’un de leurs quatre grands sites de stationnement en Europe) entre la mi-octobre et la fin novembre.

Des champs de maïs pour les grues

C’est dans ce même département qu’est installée une Ferme aux Grues, à Saint-Rémy-en-Bouzemont, pour faciliter la cohabitation de ces oiseaux avec le monde agricole à leur retour de migration, entre la mi-janvier et début février. Les grues cendrées adorent le maïs fraichement semé, ce qui, on s’en doute, ne plait pas aux agriculteurs. Mais la ferme aux grues a trouvé la parade : elle met à disposition des grues des terres agricoles afin d’éviter que ces oiseaux fassent des dégâts ailleurs. Et comme les grues n’aiment guère être dérangées, elles finissent par repérer les parcelles où aucun agriculteur ne vient les effaroucher.

 

A retenir

  • En 2010, la Ligue de Protection des Oiseaux estimait qu’environ 360 000 grues cendrées avaient transité par la France lors de leur migration. Un chiffre en constante augmentation depuis les années 1970.
  • Cet oiseau est protégé sur le territoire français depuis 1976 et ne doit pas être dérangé.
  • Pour leur repas, elles adorent les insectes, les mollusques, les vers, mais aussi l’herbe et les graines.

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone