Conférence environnementale : une biodiversité à reconquérir !

« Facilitateur » du groupe 2 sur le thème « Faire de la France un pays exemplaire en matière de reconquête de la biodiversité » lors de la Conférence environnementale de mi-septembre, j’ai fait remarquer d’emblée que si ce titre avait été retenu c’est que l’on reconnaissait qu’elle était à « reconquérir », et que « cette biodiversité » avait été « quelque peu malmenée » !

Les trois thèmes retenus étaient : « Mettre en œuvre la Stratégie Nationale pour la Biodiversité et favoriser une prise de conscience citoyenne, comparable à celle qui s’est opérée sur le changement climatique » ; « Mettre en œuvre une politique d’aménagement durable du Territoire, lutter contre l’artificialisation des sols et l’étalement urbain, assurer la mise en œuvre de la trame verte et bleue » ; et enfin « Quels outils à mettre en place ? », avec débat sur la création de l’Agence Nationale pour la Biodiversité.

Nous avons insisté au cours des débats sur le besoin impératif de transversalité entre les ministères pour la mise en action de la Stratégie Nationale pour la Biodiversité (SNB), sur un respect total du code de l’environnement, sur un développement « fort » des sciences participatives et la nécessité d’un grand effort en matière d’éducation à l’environnement et à la biodiversité. L’arrêt de l’artificialisation des sols a fait l’unanimité, certains s’inquiétant des conditions de sa mise en œuvre. L’importance de la diversité des modes de production agricole pour la biodiversité a été rappelée.

Parmi les autres points : mieux intégrer les problématiques d’étude et de gestion des biodiversités marine et continentale, reprendre les engagements du Grenelle de la mer dans la Stratégie nationale mer et littoral, plus de vigilance sur la gestion des ressources halieutiques, clairement privilégier la pêche durable, développer la protection de la biodiversité en haute mer, avec la mise en place d’un Droit adéquat et bien développer la connaissance des grands fonds avant toute exploitation.

La nécessité impérieuse de protéger l’extraordinaire richesse biologique d l’outremer a été unanimement reconnue. Un souhait enfin : la création d’un Conseil national de la biodiversité.

A suivre …

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone