Une maison en cannettes

A l’occasion du concours « Coca-Cola du design durable », Néoplanète vous propose de découvrir tous les quinze jours  le portrait d’un artiste ou d’un designer travaillant à partir d’emballages de boissons. Cette semaine, découvrez la maison en cannettes de Richard Van Os Keuls.

Une Maison construite à partir de cannettes recyclées

Vous avez quelques milliers de cannettes vides que vous souhaitez recycler? L’architecte américain Richard Van Os Keuls, un résident de Silver Spring, Maryland, pourrait être une source d’inspiration.

Van Os Keuls vit dans une maison qu’il a construite lui-même. Quand il est arrivé au stade de recouvrir les panneaux de contreplaqués et d’isolation, il a trouvé les briques trop chères. Ne souhaitant pas s’orienter vers les alternatives habituelles de bardage, il s’est mis à étudier d’autres possibilités. Après réflexion, Van Os Keuls a décidé d’essayer un nouveau matériau, qu’aucun architecte et aucun de ses clients n’avaient utilisé auparavant – des cannettes recyclées.

Des années auparavant, il avait vu un camion renverser des boissons pétillantes et s’était imaginé qu’ils feraient un bardeau d’aluminium merveilleux. Il a commencé à récupérer quelques cannettes vides et les a mises de côté pensant explorer cette idée ultérieurement. Lorsqu’il s’est décidé à les utiliser, ce n’était pas à des fins « écolos » mais pour des raisons économiques.  Il voulait simplement un moyen peu coûteux de couvrir les murs de sa maison.

Il a rapidement découvert que préparer et appliquer des milliers de cannettes est un long travail intensif. Il  a commencé par préparer les bidons en petits lots – de 3 à 12 à la fois. Chaque cannette était lavée pour éviter d’attirer les fourmis, puis elle était démolie, à deux reprises. Equipé de bottes à semelles particulièrement lourdes, il a piétiné d’abord chacune avec ses pieds, puis aplati encore avec un marteau. Chaque cannette était alors fixée avec un clou en aluminium long, chevauchant la précédente.

Au moment de constituer le bardeau, il rassemblait un assortiment de 30 à 40 cannettes collectées et modelées, tout en prenant la précaution de ne jamais superposer 2 cannettes de la même couleur.

Au début de son projet, après avoir collecté les cannettes, il avait pour intention de les peindre. Puis il a très vite constaté qu’il préférait le jeu de lumière que le soleil provoquait. Parce qu’il était sensible aux couleurs des cannettes, il  a commencé à acheter des tas de cannettes de boissons venues d’autres pays (bière, jus,  colas…)

S’en est suivie une vraie démarche de recyclage. Il a d’abord tenté de récupérer les cannettes dans des points de collecte dédiés au recyclage et s’est vu verbalis pour avoir touché au bien de la commune. Il a donc dû compter sur des dons, recherches de cannettes que les gens n’avaient pas encore transporté à la décharge et sélectionner ses propres achats en fonction des couleurs et saveurs qu’il croisait. « je ne jette jamais le contenu de ce j’achète ».

De plus il découvre que son nouveau « bardeau » a l’avantage de ne pas être bruyant lorsqu’il pleut. Afin d’éviter l’oxydation de l’aluminium au fil du temps, il utilise une machine qui ralentit le processus. Pour le moment, il est difficile d’envisager de commercialiser cette approche tant qu’il n’existe pas d’appareil à aplatir mécanisé. Il a fait quelques expériences préliminaires pour y arriver, mais le nouveau système exige plus de travail et de temps.

Pour plus de renseignements, communiquez avec Richard Van Os Keuls par la poste: 1507 Gridley Lane, Silver Spring, Maryland 20902


Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone