Le compostage débarque en ville

©terredes2caps.frC’est une des grandes tendances écolo du moment et qui séduit peu à peu les grandes villes. Les habitants d’un immeuble ou les salariés d’un établissement public, peuvent désormais apporter leurs déchets organiques dans des petits composteurs. L’idée : produire un compost naturel sans produits chimiques pour un usage interne (jardin privé) et sensibiliser les gens à la problématique du développement durable tout en créant du lien social.

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2013/03/Le-compost-c-est-mieux-a-plusieurs-124114725.mp3|titles=Le-compost-c-est-mieux-a-plusieurs]

Les résidences, les écoles, les bibliothèques, les maisons de retraites, les casernes de pompiers…de plus en plus de bâtiments collectifs et municipaux commencent à s’équiper d’un système de compost local. ON y dépose ses épluchures, ses fruits et légume périmés, ses plantes mortes. Puis, on récupère quelques temps après du compost 100% naturel que l’on utilise comme engrais pour ses plantes, dans son jardin ou sur son balcon.

Le compostage en ville

Car le compost n’est pas exclusivement réservé aux ruraux ou aux gens qui possèdent un jardin ! Les urbains s’y mettent et décident de le faire à plusieurs. Ils se font parfois aider par des entreprises comme Eisenia (du nom du petit vers de compost utilisé pour que le processus se passe au mieux). Cette Société Coopérative et Participative (Scop) met en place des actions de compostage dans toute la France et forme des agents de collectivité pour qu’ils connaissent mieux ce domaine encore assez méconnu dans le pays : il n’y a qu’une quinzaine d’agglomérations qui font la réelle promotion du compostage comme Angers, Vannes, Paris, Besançon, Lyon ou Toulouse. Toutes ces grandes villes commencent à prendre conscience que le compost est aussi un formidable terreau, gratuit, naturel et d’excellente qualité que l’on peut utiliser pour les espaces verts par exemple.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.