Série franchouillarde :

Comment se passer de Google ?

« Google » : ce nom a prit une telle place dans nos sociétés et dans nos vies qu’il en est devenu un verbe, « Googleiser ». Aujourd’hui, sur l’Internet, tout passe par lui et il est même devenu un navigateur web avec « Google Chrome ». D’ailleurs, vous êtes peut-être en train de lire ces lignes grâce à lui. Mais l’utilisation du moteur de recherche est de plus en plus critiquée. Petit passage en revue des alternatives face à ce géant du Web.

mac-459196_640

Lors de sa création en 1998, le fameux adage de Google était « Do not be evil », dans la langue de Molière cela signifie « Ne pas être mauvais » au sens maléfique du terme. Aujourd’hui le géant vaut plus que Mc Donald, General Motors et Disney réunis. Le boss de l’Internet en est-il arrivé là en respectant sa maxime d’origine ? Pas si sûr… Aujourd’hui, Google est surtout préoccupé par la collecte des données de ses utilisateurs. Il est inquiétant de constater que Google établit des profils de ses utilisateurs en fonction de leurs historiques des recherches. Cela signifie que lors d’une recherche, vous tomberez sur un résultat différent d’une autre personne qui a cherché la même chose que vous. En d’autres termes, Google sait et prévoit ce que vous allez chercher. Le problème c’est qu’il conserve, utilise et revend ces données pour faire de la publicité ciblée. Il est néanmoins possible de lui échapper, la preuve !

L’altruiste Lilo !

Avec Lilo, vous participez au financement de projets sociaux et environnementaux. Comment ? A chacune de vos recherches, vous accumulez des « gouttes d’eau » (une par recherche), que vous pouvez ensuite reverser au(x) projet(s) qui vous tient/tiennent le plus à coeur. En tout, c’est au moins 50% des revenus publicitaires du moteur de recherche qui sont reversés sous forme de dons. En plus, Lilo promet de protéger la vie privée des utilisateurs en ne collectant pas les données et en agissant contre le tracking publicitaire.

DuckDuckGo, ne tirez pas sur le canard

En terme de respect de la vie privée, DuckDuckGo est l’une des alternatives les plus connues. Il ne cherchera pas à personnaliser ou filtrer vos résultats, ce qui en fait un avantage pour beaucoup. Mais cela signifie aussi que chacun obtiendra les mêmes résultats en dépit de son historique de navigation. Apple l’a inclus par défaut en 2014 et Mozilla lui a emboîté le pas peu de temps après avec Firefox.

monitor-862135_1280Qwant, le David européen face au Goliath américain 

Chez Qwant la différence est dans la mise en page des résultats. Il mettra d’un côté les sites Web, de l’autre les actualités, les sites d’e-commerce et les réseaux sociaux. Google doit une partie de son succès à la vente de mots-clés qui permettent aux sites marchands d’apparaître en tête de la recherche. Qwant se rémunère en recevant une commission à chaque fois qu’un utilisateur clique sur un site d’e-commerce à partir de sa colonne shopping. La start-up ne pratique pas la collecte de données personnelles lors de la navigation. Les résultats affichés en réponse d’une requête ne sont donc pas sélectionnés en fonction de votre historique.

IxQuick, le cyberebelle

Ixquick est un moteur de recherche qui met un poing d’honneur à respecter votre vie privée plus que n’importe quel autre. Aussi connu sous le nom de Startpage aux USA, ce n’est toutefois pas un moteur de recherche dans le sens où on l’entend, mais un « métamoteur » qui va chercher ses résultats chez Google, Bing, Ask (etc), avec la possibilité d’appliquer des filtres. Il se charge ensuite de faire la synthèse des résultats proposés. Ixquick a également cette particularité de ne pas enregistrer les adresses IP de ses utilisateurs. Une pratique mise en œuvre depuis 2009 avec l’absence de cookies d’identification unique.

Yippy, le copain des familles

Yippy est un site familial qui filtre et supprime la pornographie ainsi que tous les contenus en rapport avec le jeu, le sexe et le racisme et de nombreuses autres pages sensibles dont vous voudriez éloigner les jeunes enfants. Yippy est aussi un métamoteur de recherche qui recueille les résultats de plusieurs autres services à la fois et les retransmet de façon pertinente.

mobile-phone-426559_1280Ecosia, l’écolo

Ecosia est un moteur de recherche écoresponsable. Le plus gros des revenus est reversé au WWF, et surtout au projet Rainforest, qui œuvre pour la préservation de la forêt amazonienne. De plus, 80% de ses revenus publicitaires sont donnés à un programme de plantation d‘arbres au Brésil. C’est un moteur de recherche de qualité qui permet d’agir pour l’environnement en seulement 73 secondes ! Ecosia vous dit en direct combien d’arbres ont été plantés depuis son existence et combien d’entre eux ont été plantés grâce à vos recherches. Une belle façon d’allier technologie et environnement.

FairSearch, les mousquetaires

Ceci n’est pas un moteur de recherche. FairSearch est un groupement de concurrents de Google, très présent au sein de la Commission Européenne à Bruxelles. Ils entendent bien faire éclater la vérité sur les abus du géant américain et ne ménagent pas leurs efforts pour lutter contre la domination du moteur de recherche. Leur site internet permet de trouver des alternatives mais également de signaler tous les abus de Google rencontrés sur le net et de connaître les décisions politiques et judiciaires à son sujet. Des informations qui ne nous sont pas toujours accessibles dans les médias traditionnels.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone