Comment lutter contre la pollution accidentelle maritime

Un an après le naufrage de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon dans le golfe du Mexique, les acteurs de la prévention de la pollution maritime se mobilisent. Si l’association de la Sécurité Passive Embarquée lance un film de sensibilisation aux risques de pollution accidentelle, l’entreprise française Louis Dreyfus Armateurs a annoncé l’installation de systèmes de prévention sur ses huit prochains navires.

« Les décideurs du shipping sont de plus en plus préoccupés par le problème des pollutions accidentelles, explique Gilles Longuève, président de l’association de la Sécurité passive embarquée et directeur général de JLMD Ecologic Group. D’abord parce que la conscience écologique grandit dans le transport maritime, mais également en raison des exigences de plus en plus fortes des affréteurs sur ces sujets. »

Au cours des trois dernières années, les pertes en mer des vraquiers -navires de charge destinés au transport de marchandises solides en vrac- ont augmenté, passant de 19.000 tonneaux de jauge brute en 2008 à 32.000 en 2010. La même tendance s’observe pour les pétroliers, passant de 8.000 en 2008 à 36.000 tonneaux de jauge brute en 2010.

Renforcer la sécurité environnementale des navires marchands devient une priorité, d’autant que « l’engagement écologique des armateurs devient un critère de concurrence dans le transport maritime », poursuit Gilles Longuève. Car les risques pour l’environnement et l’Homme sont importants : fragilisation des écosystèmes marins et des littoraux, détérioration de la qualité de l’eau, plages abimées, disparition d’espèces animales sensibles, boulettes de pétrole consommées par les animaux lors de marées noires, etc.

C’est en France, dans la Manche, que l’on trouve le bassin maritime le plus fréquenté du monde. Près de 500 bateaux et plus de 300 tonnes de marchandises entrent et sortent chaque jour. Une densité du trafic et des conditions de navigation difficiles qui augmentent les risques.

Pour mobiliser les acteurs du shipping, l’association de la Sécurité passive embarquée a créé un film d’animation -en anglais- qui rappelle les risques environnementaux liés à la hausse du nombre de navires marchands et présente les solutions alternatives aujourd’hui réalisables en matière de prévention. « Près de 80% du contenu de votre maison a transité par la mer. Les navires deviennent plus grands et sont de plus en plus nombreux. Le trafic maritime augmente de façon exponentielle, même lorsqu’on le compare aux autres moyens de transport », est-il expliqué.

En plus du film, l’association met en place des technologies pour préparer les navires au risque d’accident et mobilise également les instances comme l’Organisation Maritime Internationale ou la Direction des Affaires Maritimes Européennes.

La mauvaise météo reste la principale cause des accidents, touchant 43,9% des navires entre 2006 et 2010.

Pour plus d’informations : www.maritimepassivesafety.com

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone