Comment éviter le commerce illégal des animaux sauvages en Afrique

L´ivoire des éléphantes, les cornes des rhinocéros… Le commerce illicite d´espèces sauvages se chiffre en milliards de dollars. Pour lutter contre cette pratique, se déroule un atelier de formation des rangers au Kenya.

Aujourd´hui, l´atelier pour former des rangers d´Afrique à la lutte contre le commerce illégal des animaux sauvages se termine à Nairobi. Il a été organisé par le Fonds International pour la Protection des Animaux (IFAW) et la Lusaka Agreement Task Force (LATP). L´objectif ? Améliorer leurs capacités d’action et leurs méthodes de lutte contre ce type de criminalité. Dans les sessions pratiques et interactives, ils ont débattu de sujets comme « L´état du commerce international des espèces » ou « La criminalité faunique et les moyens de lutte ». Pendant quatre jours, l´atelier a accueilli plus de 30 agents de la force publique, policiers, vétérinaires et défenseurs des animaux sauvages venus de 13 pays de ce continent.

L´atelier a donné les outils pour la prévention du commerce illicite d´espèces sauvages et a enseigné les techniques de terrain utiles à l´identification des espèces qui souffrent souvent cette situation. Le problème ? Le commerce illicite des espèces sauvages constitue une grande menace pour la biodiversité africaine. Une enquête réalisée par la LAFT entre janvier 2009 et septembre 2010 sur le trafic a montré que près de 28 tonnes d´ivoires et 10 tonnes de cornes de rhinocéros provenaient d’Afrique. La principale destination était alors l´Asie pour en faire des produits de luxe.

Mardi, dans la conférence d´ouverture, le Dr. Noah Wekesa, Ministre Kenyan en charge de la forêt et de la faune sauvage a affirmé « qu´il y a un besoin urgent de coopération entre les agences pour partager les informations utiles à la lutte contre les réseaux très sophistiqués du trafic d´espèces animales, particulièrement les cornes de rhinocéros. »

Par contre, l´Afrique n´est pas le seul continent touché. L´Asie est aussi affectée pour le commerce illégal d’espèces sauvages. Ainsi, les tigres sont parfois pris comme animaux de compagnie… Il y a deux mois, rappelez-vous, on vous informait de la découverte d´un tigre caché dans une valise à l´aéroport de Bangkok.

Conseil Néoplanète : Ne pas acheter de petits souvenirs en ivoire quand on voyage. Malheureusement, trop de touristes le font encore.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone