Comment bien choisir son jean

Composé de toiles de bâches importées de Nîmes (d’où son nom denim), porté par les ouvriers américains à la fin du XIXe siècle, le blue-jeans est devenu emblématique de l’american way of life. Avant de gagner tous les continents, toutes les catégories sociales et toutes générations confondues. Symbole de confort, d’épanouissement, de libération, la consommation de jeans a plus que doublé ces dix dernières années. Mais ce pantalon est aussi l’article de mode le plus polluant de la planète.

Les impacts écologiques sont catastrophiques : énorme consommation d’eau, de pesticides et d’engrais pour le coton, pollution des cours d’eau lors de la teinture et du délavage, émissions massives de gaz à effet de serre liées aux transports… Comment se sentir bien dans son jean sans ternir la planète ?

Misez sur le coton bio et équitable. Hélas, toujours consommateur d’eau, sa culture exclut l’utilisation de pesticides et d’engrais chimiques. Côté étiquette, guettez le label Gots qui certifie l’origine biologique du coton. Les marques pionnières ? Machja, Ideo, Somewhere, NU, Kuyichi… Le géant Levi’s a ensuite lancé plusieurs modèles bio tandis que Rica Lewis a misé sur l’équitable avec un jean en coton labellisé Max Havelaar.

Boycottez les jeans délavés par sablage. Le jean délavé est à la mode, mais certains paient le prix fort ! La technique de sablage, qui a causé la mort de plusieurs ouvriers turcs suite à des maladies pulmonaires, n’a été interdite qu’au mois d’avril 2009 en Turquie, alors que celle-ci n’est plus autorisée dans l’Union européenne depuis… 1962 ! Hélas, cette méthode se délocalise vers des pays moins regardants sur les conditions de travail, comme l’Égypte ou le Bangladesh. Le décapage à haute pression a été remplacé par un produit à base de permanganate de potassium. Utilisé sans protection, il est hautement toxique.

Choisissez un délavage plus responsable. Le délavage à l’ozone ne rejette aucune émission toxique dans l’atmosphère. Il permet de réduire de plus de 65 %, pour 100 g de tissu, la consommation en énergie nécessaire au délavage de la toile. Cette nouvelle méthode, utilisée par la marque Le temps des cerises, est élaborée et certifiée par les laboratoires Aitex. Elle consiste à éliminer la consommation d’eau et l’usage des traitements chimiques, à supprimer le décrié permanganate de potassium, ainsi que les déchets chimiques rejetés dans les eaux usagées. Autre technique propre : le laser. Il permet d’obtenir un résultat similaire au sablage, mais engendre des coûts beaucoup plus importants.

Découvrez les teintures naturelles. Le label Oeko Tex atteste qu’aucun produit chimique dangereux n’a été utilisé a posteriori dans les traitements du vêtement, notamment pour les teintures. Des marques comme Machja utilisent des teintures à base d’indigo naturel.

Offrez une vie écolo à votre jean
Portez votre jean au moins trois fois avant de le laver.
Lavez-le à froid dans un lave-linge de classe A.
Ne le nettoyez pas à sec, ne le repassez pas, n’utilisez pas de sèche-linge.
Donnez, troquez ou revendez votre pantalon usagé pour prolonger sa durée de vie. Vous pouvez aussi le transformer en short ou en sac à main.

Selon le programme des Nations Unies pour l’environnement (UNEP), en suivant ces conseils simples, votre jean consommera cinq fois moins d’énergie qu’un autre.

Cet article est extrait de Néoplanète 16.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone