Animaux : êtres sensibles, ou biens corporels ?

pixabayLes animaux ne sont enfin plus considérés comme des meubles ! Enfin… presque. Dans la forme, les animaux sont  désormais « doués de sensibilité », mais, dans le fond, ils restent toujours « soumis au régime des biens corporels ». Et vous, pensez-vous que cette modification du code civil soit suffisante ?

Leur statut d’êtres « vivants doués de sensibilité » est désormais confirmé dans le code civil après que la loi ait été votée en avril dernier par le Sénat et l’Assemblée Nationale. Mais face aux pressions des écologistes d’une part, qui demandent plus de droits pour les animaux, et de l’UMP de l’autre, qui souhaite les restreindre, ce statut n’est en fait que symbolique.

La modification du code civil, qui fait suite à une pétition lancée en 2013 par la fondation 30 millions d’amis, ne satisfait donc pas la demande de création d’un statut propre aux animaux, à mi-chemin entre celui des hommes et celui des biens matériels. Critiqué par les écologistes, ce wikipedianouveau texte réjouit évidemment la Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants d’Agricoles (FNSEA), qui craignait jusqu’alors une remise en cause de la pratique de l’élevage. De nombreux et coûteux changements seraient en effet nécessaires si nos vaches et cochons venaient par exemple à être considérés comme des êtres disposant de droits. D’un autre côté, cela pourrait signifier la fin de pratiques barbares, telles que la chasse et la corrida.

Et vous, pensez-vous qu’il faille accorder un statut unique aux animaux, au risque de mettre en danger le secteur agricole ?

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Eddy Delcher

Après un séjour de sept ans en Angleterre et en Afrique du Sud au cours duquel il obtient un diplôme en journalisme, Eddy revient en France afin de poursuivre ses études. En 2014, il rejoint l'équipe de Néoplanète et contribue régulièrement au CNRS International Magazine ainsi qu'au journal du CNRS depuis 2012.