Climat/énergie : les trop modestes ambitions européennes

FLickR CANEuropeLes nouvelles ambitions de l’Union européenne en matière de climat et d’énergie, annoncées le 22 janvier, sont si modestes qu’elles ne permettront pas de réduire le risque de voir le thermomètre grimper au-dessus du niveau fatal de 2°C.

–          Moins 40% d’émissions de gaz à effet de serre (GES) en 2030 (par rapport à 1990) ;

–          27% d’énergies renouvelables sur le mix énergétique en 2030 (contre 20% en 2020).

Le « paquet climat-énergie » européen – tant attendu pour que l’Europe reste leader à la Conférence mondiale sur le climat de Paris en 2015 – déçoit d’autant plus que la décision ne pas légiférer sur les hydrocarbures non conventionnels, gaz et pétrole de schiste, a été abandonnée au profit de simples recommandations. Quant à l’efficacité énergétique, un domaine où tout le monde est pourtant gagnant, elle est quasiment passée à la trappe.

Dans tous les cas, la Commission européenne n’imposera rien aux Etats qui n’auront aucun problème s’ils ont déjà multiplié leurs efforts pour contenir les émissions de GES responsables du dérèglement climatique. Quant aux autres – comme la Grande-Bretagne, la Pologne et plusieurs pays d’Europe centrale – ils vont pouvoir continuer à miser sur l’exploitation des gaz de schiste sans se soucier des conséquences environnementales et climatiques.

Pour les écologistes, M. José Manuel Barroso a cédé aux pressions des lobbies fossiles et nucléaires qui s’opposaient à tout objectif ambitieux en matière d’énergies renouvelables. Selon Greenpeace et le Réseau Action-Climat (RAC-France), il aurait fallu fixer un objectif d’au moins 55% en 2030 pour réduire les émissions de GES de 80 à 95% en 2050. De même, l’UE aurait dû porter à 45% la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique de l’UE et imposer une réduction de 40% de la consommation d’énergie.

Le paquet énergie-climat présenté par la Commission est d’autant plus décevant que L’UE est le seul acteur mondial à s’être imposé des objectifs contraignants pour 2020 : réduction de 20% de ses émissions de gaz à effet de serre, 20% de renouvelables et 20% d’économies d’énergie. L’UE représente 11% des émissions mondiales de GES. Cette part devrait être de moins de 5% en 2030, selon la Commission.

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yves Leers

Journaliste spécialisé dans les questions d’environnement (AFP), conseil en développement durable (L’Atelier du climat), ex responsable de la communication et de l’information de l’ADEME.