Claudine André, femme en or 2011

Investie pour la survie des Bonobos, Claudine André vient d’être élue Femme en or 2011 dans la catégorie Environnement. Elle succède ainsi à l’architecte Françoise-Hélène Jourda.

 

Sorti en avril dernier, le film « Bonobos » d’Alain Tixier a révélé au grand public le combat de Claudine André. Rien ne la destinait à ce rôle de protectrice des bonobos. ‘Ma première école a été la forêt, raconte-t-elle sur son site Internet. Enfant, je suis arrivée au Congo dans les valises de mon père, qui était vétérinaire. Il m’a donné la chance de découvrir l’harmonie avec la nature, l’équilibre entre la terre, les hommes et les animaux.’

En 1993, c’est un bébé bonobo qui change sa vie pour toujours : Mikeno est déposé au zoo de Kinshasa, où elle travaillait comme volontaire. La direction du zoo met Claudine en garde : il a peu de chances de survie. Mais Claudine relève le défi et s’attache à le sauver.

Après Mikeno, d’autres suivirent, de plus en plus nombreux. En 1998, le « Sanctuaire-Nursery » est créé à Kinshasa, où il restera pendant les années de guerre. En 2002, avec 20 bonobos à sa charge, Claudine déménage dans 35 hectares de forêt à la périphérie de la ville : Lola ya Bonobo est né.

Claudine voit son influence et sa réputation s’étendre à travers tout le Congo. Elle travaille inlassablement à l’éducation des populations pour leur faire découvrir, aimer et respecter les bonobos. Sa réputation dépasse ensuite les frontières du pays. En 2006, elle reçoit le Prix Prince Laurent pour l’Environnement de la Belgique et l’Ordre National du Mérite de la France. Inlassable, elle fait régulièrement des conférences à travers le monde pour faire connaitre le bonobo et alerter l’opinion publique pour sa protection avant qu’il ne soit trop tard.

Cette femme et mère d’exception nous a livré dans une interview ses craintes et ses espoirs pour cette espèce menacée. En voici quelques extraits. Propos recueillis par Yolaine de la Bigne.

Comment vont les bonobos au Congo ?
Les bonobos ne vont pas beaucoup mieux, mais il y a une prise de conscience des autorités congolaises. Nous avons préparé en janvier un début d’un plan pour 50 ans de survie pour ces primates. Il y a une vraie volonté politique de vouloir passer à l’action, de concert avec tous les acteurs de l’environnement.

Quel est ce plan ?
Nous allons faire un état des lieux. Jusque ici, les scientifiques travaillaient de manière disparate, maintenant ils doivent collecter leurs données et réaliser un inventaire. Tous les chiffres qu’on a entendu sur les bonobos – 100 000 en 1980, 10 000 aujourd’hui – sont fantaisistes. Avec 20 ans de guerres difficiles, nous avons vu apparaitre beaucoup d’orphelins victimes du trafic de la viande de brousse. Trafic dont nous obligeons le gouvernement congolais et le ministère de l’environnement à se saisir au nom de la loi.

Que mangent alors les populations ? Par quoi remplacer les bonobos ?
Dans la zone où j’ai remis en liberté les bonobos, il y a essentiellement des pêcheurs. La population vit beaucoup de la pêche. Lorsque j’ai dû trouver l’endroit le mieux adapté à une réintroduction, j’ai pensé qu’il fallait mieux détecter des populations qui avaient d’anciens tabous, qui ne consommaient pas de viande de bonobo. Par des légendes, les bonobos seraient des ancêtres lointains qui ont déjà aidé les hommes. Je suis donc allée dans le paysage forestier  de Maringa-Lopori-Wamba où il y a tous ces tabous. En aidant les gens à s’organiser avec des associations de pêcheurs et d’éleveurs, nous essayons de leur donner la possibilité d’acquérir du matériel. Nous les dévions un peu de la chasse. Par contre, ils peuvent très bien pêcher dans leurs forêts. Le niveau de l’eau monte d’1m50 par an, et lorsqu’elle se retire, il reste beaucoup d’anguilles, poissons abondants et bons marché. Il y a aussi la saison des chenilles, pendant laquelle ils peuvent les récolter. Nous connaissons la vie de ces populations car nous les avons beaucoup questionnées. Nous pouvons y arriver. En tout cas, cela fait trois ans que cela fonctionne !

N’est-ce pas difficile de convaincre les populations ?
Nous sommes obligés de faire de la « conservation intégrée », c’est-à-dire que nous ne faisons plus de conservation pure et dure. Nous sommes tout à fait conscients que sans intégrer les populations riveraines des projets de conservation, nous n’arriverons à rien. A 1000 km de Kinshasa, dans la zone où nous avons relâché les bonobos,  il y a eu une réelle collaboration avec la population locale. Des tribus ont la jouissance coutumière de cette partie de forêt, et sont les derniers gardiens des bonobos. En échange de cela, nous travaillons énormément avec eux, c’est 80% de notre travail là-bas. Nous les aidons à réorganiser les comités de développement de villages, à remettre un pied devant l’autre après cette période de guerre, et tout simplement à croire en l’avenir.

Découvrez la bande-annonce du film Bonobos d’Alain Tixier

Plus d’informations sur le site de Claudine André

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone