Quatre nouvelles espèces de requins protégées par la CITES

DRLa Convention sur le commerce international des espèces a voté en faveur de la protection de quatre nouvelles espèces de requin.

Après l’ours polaire, le requin. Les 178 pays membres de la Convention sur le commerce international des espèces menacées (CITES), réunis à Bangkok ont voté en faveur de la protection de quatre espèces de squale. Le requin océanique à pointe blanche (ou requin longimane) et trois espèces de requins-marteaux (hallicorne, grand et lisse) sont désormais inscrits à l’annexe II de la CITES visant à réguler leur commerce et empêcher la surexploitation de ces espèces. Ces mesures entreront en vigueur d’ici 18 mois si elles sont validées cette semaine en réunion plénière. Les associations de défense du prédateur marin attendent maintenant la décision de la convention concernant le requin-taupe, ajouté à cette liste en 2010 puis retiré en plénière.

Depuis l’entrée en vigueur de la Cites en 1975, seuls le grand requin blanc, le requin baleine, le requin pèlerin et le poisson-scie ont été placés sous sa protection. Les pays d’Asie, Japon en tête, sont fortement opposés à élargir la protection de cet animal marin. Menacés d’extinction, les requins sont chassés pour leurs ailerons, revendus à prix d’or sur le marché asiatique. Environ 100 millions de requins sont tués chaque année dans le monde selon l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) qui estime que 90% de la population de l’animal a disparu en un siècle.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=lbEI2UCwlx8[/youtube]
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Diplômé de l'École Française de Journalisme (EFJ) et après plusieurs expériences dans des chaînes de télévision, Romain s'envole pour l'Australie. Piqué par l'écologie au milieu des kangourous et des koalas, ce passionné de nouvelles technologies et des réseaux sociaux pose ses valises chez Néoplanète pour allier son métier à sa passion. Mordu de théâtre, Romain pige également pour le site www.ruedutheatre.eu