Cirque : stop aux exhibitions d’animaux sauvages !

En Chine, des volontaires menés par un membre de la Conférence consultative politique locale a publié des photos et vidéos chocs des pratiques d’entraînement des animaux sauvages pour les spectacles. Ils veulent que Pékin légifère pour les interdire.

Une enquête sur plusieurs mois

36 pays et 389 villes dans le monde ont déjà interdit ce type de spectacles. A voir les images prises par les volontaires de la « mission contre la torture des animaux de cirque », il est difficile de ne pas penser que ces mesures devraient être généralisées.

Avec l’explosion de la classe moyenne, les spectacles d’éléphants, de singes, d’ours, … se multiplient dans les zoos et les cirques. Un groupe de jeunes a mené l’enquête à travers la Chine pour comprendre les pratiques d’entraînement des animaux sauvages. Vidéos et images réunies durant les mois d’enquête ont été montrées lors d’un événement public à Pékin.

De terrifiants exemples

Un singe femelle est enchaîné par le cou et tient son petit serré dans les bras. Quand vient l’heure de l’exercice à bicyclette, elle est séparée de force de son enfant. Il est placé devant elle. Elle pourra le rejoindre seulement si elle réussi correctement l’exercice, en signe de récompense. Dans le cas contraire, elle en est éloignée pendant un certain temps. Selon les témoins de ces projections, parmi lesquels figuraient des membres de hautes instances politiques locales, les cris de la « maman singe » sont terrifiants.

Autre exemple : l’entraînement de « l’ours boxeur ». C’est un des spectacles les plus appréciés par le public chinois. Des ours bruns se tenant sur leurs pattes arrières et équipés avec d’énormes gants de boxe imitent les mouvements de Mohammed Ali. Pour les habituer à se tenir debout, leurs entraîneurs n’hésitent pas à les accrocher au mur, une corde au cou, pendant des heures. Privés de tout mouvement, certains s’évanouissent…

Une importante image

Lors de l’événement public qui s’est tenu à Pékin, les membres de la « mission contre la torture des animaux de cirque » ont réclamé l’interdiction des spectacles d’animaux sauvages dans la capitale chinoise. Li Li, membre de la mission explique : « Pékin, c’est la vitrine de la Chine sur le monde, c’est un centre historique et culturel mondial. Quelle image voulons-nous donner de notre pays aux nombreux visiteurs étrangers? Celle de sauvages insensibles au bien-être de nos lointains cousins mammifères? Nous pensons que Pékin doit montrer la voie au reste du pays et être la première ville chinoise à interdire ces spectacles. »

Reste à savoir si les décideurs estimeront ce sujet prioritaire, et si l’opinion publique sera suffisamment proactive pour leur mettre la pression…

 

Retrouvez toute l’actualité internationale du développement durable sur le site de notre partenaire Green et Vert.

 

 

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone