Cheveux : pourquoi choisir une coloration végétale ?

Au rayon des colorations, la tendance est aujourd’hui au naturel. Mais attention ! Véritable argument marketing, la mention « végétale » sur le packaging ne vous apporte aucune garantie. Voici des pistes pour y voir plus clair.

Et maintenant chantonsDans les supermarchés, les géants de la coloration conventionnelle jouent désormais à fond la carte du naturel. Un exemple ? Herbabrillance de Garnier qui met en avant sur son emballage et dans ses publicités « la sève de bambou, sans ammoniaque », alors même que le flacon est rempli d’ingrédients chimiques. En magasin bio, ce n’est pas toujours beaucoup mieux, avec là encore l’omniprésence de la chimie de synthèse.

Comment marche une teinture classique ?
Pour teindre les cheveux de façon permanente, il faut d’abord dépigmenter la fibre capillaire avec de l’ammoniaque et de l’eau oxygénée, c’est ce que l’on appelle l’oxydation. Ensuite, on fait pénétrer à l’intérieur du cheveu les pigments synthétiques, avant de terminer par un soin qui referme les écailles.

Quelles sont les substances dangereuses dans les colorations conventionnelles ?
Il s’agit des « diamines » et des « aminophénols ». On les soupçonne de traverser la barrière du cuir chevelu et de provoquer des allergies, autant pour les clientes que pour les coiffeurs. Enfin, des études font le lien entre augmentation des risques de cancer et teintures chimiques.

Ces substances vont-elles bientôt être interdites ?
La Commission européenne a déjà interdit en 2006 plus de vingt substances de coloration. REACH (le règlement sur l’enregistrement, l’évaluation et les restrictions des substances chimiques) devrait en principe faire encore mieux. Et il y en a vraiment besoin. En ligne de mire : la résorcine et l’éthanolamine qui sont encore autorisées alors que ces substances sont accusées d’être irritantes et allergisantes.

A quelles marques peut-on faire confiance ?
Deux marques sortent incontestablement du lot : l’allemande Logona (labellisée BDIH) et la française Terre de couleurs (www.terredecouleur.fr). Ce sont les seules à proposer du 100 % végétal. Avec ces deux marques, la fibre du cheveu est préservée et reste intacte. Oubliez les ingrédients chimiques, la base des produits se compose de protéines de blé et de jojoba. Les teintures sont issues de plantes, de fruits ou encore d’écorces : du henné, du café, du curcuma, de la cannelle, de la betterave, des fleurs de châtaignier, du thé noir…

Quels sont les inconvénients et les limites des couleurs végétales ?
On doit les laisser poser très longtemps, entre 15 minutes et 2 heures selon l’effet escompté. Certaines consommatrices leur reprochent encore leur texture, comparée sur certains forums Internet à de la boue, et leur odeur. Enfin, on ne peut pas éclaircir sa base et il est difficile de couvrir plus de 30% des cheveux blancs. Dernier inconvénient : la couleur s’estompe progressivement au fil des shampoings.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone