Chauve qui peut !

Cet été, au hasard d’un quelconque lampadaire, vous avez forcément croisé… des chauves-souris ! Loin du mythe de Dracula, ce mammifère « de poche » est loin d’être agressif. Et il est aussi bien utile ! Extrait du NEOPLANETE 15

Avec près d’un millier d’espèces, la chauve-souris constitue la deuxième population de mammifères, la plus nombreuse après les rongeurs. Apparue il y a 60 millions d’années, c’est le seul mammifère volant.


Chanceuse ! Elle connaît peu de prédateurs, à l’exception, des chouettes ou des hiboux (la nuit) et des chats (le jour).

Ailes à part. Ses ailes, issues d’un enchevêtrement complexe de vaisseaux sanguins l’oblige à dormir tête en bas, pour maintenir leur irrigation.

Sixième sens. Contrairement aux idées reçues, la chauve-souris possède une vue perçante et un odorat extrêmement fin. Mais sa force réside surtout dans l’écholocalisation par l’envoi d’ultrasons qui la renseignent sur la position, la distance et la nature des objets qui l’entourent.

Même pas peur ! Si vous en avez peur, une simple lumière clignotante mise à proximité la fera fuir en un rien de temps !

Prudence tout de même. Même si les morsures sont rares (15 cas en 20 ans), il est déconseillé de s’en approcher. Elle peut être porteuse de la rage.

Gourmande. Elle consomme en quantité impressionnante, environ 600 moustiques par nuit, soit la moitié de son poids.

Elle est où ? Dans le monde entier… La chauve-souris aime vivre en communauté. Le jour, elle niche dans les cavités humides, la nuit, en ville, elle va danser près des lampadaires, là où se concentrent les insectes. De véritables fast-food pour chauve-souris…

Une amie. Elle contribue à la régulation de certaines espèces, comme les moustiques. Excellente pollinisatrice, la chauve-souris participe aussi au renouvellement des biotopes forestiers.

Sa protection. Depuis 1979, les conventions de Bonn et de Berne engagent tous les États à protéger les chauves-souris, leurs lieux d’habitation et de reproduction. En France, 19 espèces sont classées sur la liste rouge de la faune menacée. Des actions sont menées dans certaines régions, Picardie, Champagne-Ardenne, et le GMB (Groupe Mammalogique Breton) a lancé l’opération « Refuges pour les chauves-souris », afin d’encourager propriétaires ou communes à renforcer le nombre d’abri pour les protéger.


Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone