Des championnats du monde de ski écolo

©fotopedia.comLes championnats du monde de ski nordique se déroulent cette année dans les forêts de Val di Fiemme en Italie, certifiées PEFC, un label qui garantit la gestion durable de la forêt.

[audio:http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2013/02/Le-ski-ecolo-124098377.mp3|titles=Le-ski-ecolo]

Pendant cet événement, qui se déroule jusqu’au 03 mars 2013, le lien entre sport et développement durable est mis à l’honneur. Les organisateurs ont naturellement opté pour « la promotion de la gestion forestière durable ». Tout ce qui est à base de bois sur ces championnats est issu de forêts certifiées PEFC : les installations sportives, les podiums, mais aussi les brochures, les posters, les mouchoirs et même le papier toilette. Les présidents du Comité organisateur et de PEFC Italie ont exigé que les approvisionnements soient effectués auprès d’entreprises locales, histoire de réduire les émissions de CO2 et de soutenir l’économie de la région.

De plus en plus d’événements sportifs estampillés développement durable ©gregprojetdurable.blof

Déjà l’été dernier, les Jeux Olympiques de Londres pouvaient se targuer d’avoir des infrastructures 100% éco-conçues. Le vélodrome était réalisé en bois certifié FSC (Forest Stewardship Council), un autre label qui garantit une gestion durable des forêts. Et le stade olympique construit grâce à un béton faible en émissions de carbone. Mieux encore, après les Jeux, le village des athlètes s’est transformé en 2 800 habitations à loyer modéré.

Depuis l’élaboration en 2004 du principe officiel qui guide les événements sportifs internationaux : « le respect de l’environnement est le troisième pilier de l’olympisme, juste après le sport et la culture », de plus en plus de grandes (ou petites) manifestations sportives promettent de réduire leur impact environnemental. Il existe même une SNDDS : Stratégie Nationale du Développement Durable pour le Sport (déclinaison de la Stratégie Nationale du Développement Durable) élaborée par le Ministère de l’Écologie, et qui présente plusieurs leviers d’actions classés en 9 défis et 12 priorités. Par exemple, promouvoir  l’éducation à l’environnement et au développement durable dans les diplômes du ministère des Sports ou encore mettre en place une communication responsable autour des politiques de développement durable et évitant les effets d’annonce sans véritable action du type « greenwashing ». 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.